Slovaquie

Slovaquie

L’étau politique se resserre

Le procès concernant l’affaire de l’assassinat du journaliste d’investigation Ján Kuciak et de sa fiancée a démarré en janvier 2020. Deux des cinq accusés – Miroslav Marček et Zoltán Andruskó - ont déjà été déclarés coupables. L’enquête a révélé un lien étroit entre l’homme d’affaires controversé Marian Kočner, accusé d’avoir commandité le meurtre, et des personnalités clefs de la politique et de la justice, incluant des juges et l’ancien Procureur général. Marian Kočner a, en outre, ordonné la surveillance illégale de trois douzaines de journalistes en s’appuyant sur des données personnelles extraites des bases de données de la police. L’ancien Premier ministre Robert Fico et son camarade du Parti Smer-SD, Luboš Blaha, sont coutumiers d’attaques verbales contre les journalistes - une rhétorique anti-presse également diffusée par d’autres politiciens et médias, en particulier par des sites de désinformation. Les médias slovaques, auparavant détenus par des sociétés de presse internationales, ont été rachetés par des oligarques locaux. En 2019, la plus grande télévision slovaque, Markiza, a été acquise par un groupe d’investissement appartenant à l’un des plus riches hommes d’affaires tchèque, Petr Kellner.
Enfin, l’indépendance de la radio et télévision publiques RTVS a été remise en question après le départ de douzaines de journalistes, conséquence de l’arrivée d’une direction proche du Parti national slovaque (SNS). Depuis lors, la rédaction est composée de jeunes journalistes moins expérimentés, souvent en faveur d’Andrej Danko, le président du SNS.

33
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

+2

35 en 2019

Score global

+0,91

23,58 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre