Classement 2022
94/180
Score : 58.49
Indicateur politique
67
61.82
Indicateur économique
92
41.84
Indicateur législatif
84
67.19
Indicateur social
82
70.20
Indicateur sécuritaire
121
51.42
Classement 2021
73/180
Score : 70.47
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Depuis la révolution de 2011 qui a poussé le président Ben Ali hors du pays, la Tunisie connaît une transition démocratique à rebondissements. Le coup de force du président Saied, en juillet 2021, fait craindre un recul de la liberté de la presse.

Paysage médiatique

Depuis la révolution de 2011, le paysage médiatique s'est considérablement diversifié. Mais la crise économique a fragilisé l’indépendance de nombreuses rédactions, dominées par des intérêts politiques ou économiques, et a mis à mal ce pluralisme naissant. La télévision est le média le plus suivi, notamment les chaînes privées El Hiwar Ettounsi et Attessia, devant la radio, dont la principale est Mosaïque FM. La presse en ligne est très suivie, alors que la presse papier est en perte de vitesse. 

Contexte politique

La crise politique qui secoue le pays et l’engagement ambigu de Kais Saied pour la liberté de la presse ont d’importantes répercussions. Depuis son arrivée au pouvoir en octobre 2019, le palais de Carthage ne reçoit plus les journalistes malgré les protestations du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT). L’interdiction de la Haute Autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA) de cumuler des responsabilités politiques et de posséder un média est ignorée par nombre de patrons de presse.

Cadre légal

La liberté de la presse et de l’information est un acquis incontestable de la révolution tunisienne : en plus d’être garantie par la Constitution de 2014, elle est juridiquement encadrée par deux décrets-lois promulgués en 2011. Ce dispositif reste toutefois incomplet et n’assure qu’une protection minimum aux journalistes et aux médias. La justice tunisienne persiste également à légiférer sur la base des textes hérités de l’ère Ben Ali, au lieu de s’appuyer sur les décrets-lois plus favorables à la liberté de la presse et de l’information. 

Contexte économique

Les médias sont tributaires des annonceurs privés, dont une partie détient des parts dans leur capital et peuvent être proches du milieu politique - un contexte qui menace l’indépendance éditoriale des rédactions. Leurs revenus publicitaires dépendent également de leur audience, dont le calcul est peu encadré et fortement contesté. Le marché publicitaire des médias audiovisuels a connu une importante évolution à partir de 2014, avec l'accroissement de l'investissement dans la publicité politique. Enfin, le modèle économique des médias écrits, basé sur les abonnements, la publicité et les ventes est en perte de vitesse en raison de la baisse de ces dernières et du rétrécissement du marché publicitaire.

Contexte socioculturel

Les réseaux sociaux sont régulièrement utilisés par les partis politiques pour lancer des campagnes de désinformation, décrédibiliser la presse, et instiller méfiance et confusion chez les électeurs. Les violences verbales des leaders politiques à l’encontre des médias se sont multipliées ces dernières années.

Sécurité

Les intimidations envers les journalistes se banalisent, et les reporters sont confrontés à la violence des manifestants tunisiens. Un nouveau cap a été franchi le 14 janvier 2022, lorsque le correspondant de plusieurs médias internationaux Mathieu Galtier a été passé à tabac alors qu’une dizaine d’autres journalistes ont été brutalisés pendant qu’ils couvraient une manifestation. 

Exactions en temps réel en Tunisie

Baromètre
Tués depuis le 1er janvier 2022
0 journalistes
0 collaborateurs des médias
0
En prison à ce jour
0 journalistes
0 collaborateurs des médias
0