Classement 2022
79/180
Score : 61.51
Indicateur politique
118
47.47
Indicateur économique
129
34.92
Indicateur législatif
34
79.92
Indicateur social
71
74.22
Indicateur sécuritaire
78
71.03
Classement 2021
93/180
Score : 67.97
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

S’il existe en Serbie un journalisme de qualité, primé pour ses enquêtes sur le crime et la corruption, il est pris en tenailles entre fake news et propagande. En dépit d’un cadre juridique solide, les journalistes subissent des pressions politiques et souffrent de l’impunité des crimes commis à leur encontre.

Paysage médiatique

Avec plus de 2 500 médias enregistrés dans le pays, le marché est fortement fragmenté. Parmi les organes les plus influents figurent le radiodiffuseur public RTS et la télévision indépendante N1, ainsi que plusieurs tabloïds. Les enquêtes primées ne touchent qu’un public limité, car elles sont seulement publiées en ligne ou dans quelques médias libres.

Contexte politique

Dans un climat politique fortement polarisé, les journalistes sont régulièrement la cible d’attaques de la part des membres de l’élite dirigeante et amplifiées par certaines chaînes TV à fréquences nationales. Ni les politiques ni les institutions, parmi lesquelles l’autorité de régulation des médias (REM), composée principalement de membres nommés par le gouvernement, n’ont jusqu’à présent exprimé la volonté de remédier à cette situation. En outre, les journalistes critiques du pouvoir ont un accès restreint aux interviews de ses représentants et aux informations d’ordre public.

Cadre légal

Alors que la Serbie dispose de l’une des législations les plus avancées dans le domaine des médias et que la Constitution garantit la liberté d’expression, les journalistes évoluent dans un environnement souvent contraignant, dont fait partie l’autocensure. Des régulations prescrites au ministère public et à la police en termes de réaction aux attaques contre les journalistes ont donné des résultats positifs dans des cas spécifiques. Toutefois, le système judiciaire, qui traite de nombreuses questions liées aux médias, dont les procédures-bâillons (SLAPPs), a encore ses preuves à faire en matière d’indépendance et d’efficacité pour protéger la liberté de la presse.

Contexte économique

La majorité des médias tirent leurs revenus de la publicité et de subventions publiques opaques – deux sources dont l’accès est largement contrôlé par l’élite dirigeante et soumis à la partialité des publications. La concentration des médias constitue une nouvelle préoccupation, l’entreprise publique Telekom Srbija et l’entreprise privée SBB se livrant bataille dans les domaines de l’accès, de la programmation et des utilisateurs.

Contexte socioculturel

En Serbie, les journalistes femmes sont toujours la cible d’attaques à la fois pour leur travail et leur genre. Les groupes d’extrême droite s’en prennent à la presse qui traite les sujets des migrants et des réfugiés sous un jour favorable.

Sécurité

Alors que des efforts ont été accomplis pour améliorer la sécurité des journalistes et lutter contre l’impunité des crimes à leur encontre à travers la création de deux groupes de travail et d’un numéro d’urgence à l’intention des médias, les journalistes serbes sont loin de se sentir protégés - un constat renforcé par le fait que de nombreuses attaques restent non résolues, comme l’assassinat, en 1999, de Slavko Ćuruvija.