COLLATERAL FREEDOM

Reporters sans frontières débloque 24 sites censurés

A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la cybercensure, les internautes du monde entier pourront accéder librement et gratuitement à Ozguruz, le site du journaliste Can Dundar (Turquie), Azathabar (Turkmenistan), Meydan (Azerbaïdjan), Dohanews (Qatar) et Alqst (Arabie saoudite).


Comment RSF déjoue la censure ?


L'opération #CollateralFreedom permet de contourner la censure technologique grâce à un dispositif original fondé sur la technique du "miroir", consistant à dupliquer les sites censurés et à en héberger des copies sur des serveurs de "géants" du web. Impossible pour les autorités de censurer ces sites sans couper l'accès aux "géants" et créer un veritable dommage collateral.

Aidez-nous à déjouer la censure sur Internet !
Pour maintenir les « sites miroirs » accessibles, RSF utilise une bande passante qui s’épuisera avec la fréquentation des sites. En faisant un don, chaque internaute contribue au financement de cette bande passante pour prolonger l’accès aux sites débloqués. Nouveau : RSF met à disposition "Censorship detector", une extension permettant d'accéder aux sites dans les pays où ils sont censurés (via Google Chrome ou FireFox).

Les 15 pays ennemis d'internet

Gros plan sur la censure

Arabie Saoudite

En Arabie saoudite, le gouvernement réprime sévèrement les voix dissidentes, en ayant recours notamment à la loi contre la cybercriminalité de 2007. Le blasphème, l’insulte à la religion, l’“incitation au chaos” et l’atteinte à l’image et la réputation du roi et de l’État sont des crimes passibles de longues peines de prison. Depuis 2011, les médias en ligne, les sites internet des médias traditionnels, ainsi que les plateformes diffusant du matériel audio ou vidéo ont désormais obligation de s’enregistrer auprès du ministère de l’Information et de la Culture. Pour obtenir la licence valable trois ans, le requérant est dans l’obligation de faire une déclaration d’identité et de fournir « des documents attestant de sa bonne conduite » ainsi que le nom de son hébergeur. Les forums, les blogs ou les sites internet personnels, les listes de diffusion, les archives électroniques ou les chats sont désormais enregistrés. En février 2014, une nouvelle décision des autorités a ajouté l’obligation pour les blogueurs de mentionner leur véritable identité.

au Classement mondial de la liberté de la presse 2016
Voir le classement
Sites débloqués par RSF