Classement 2022
178/180
Score : 23.22
Indicateur politique
175
30.71
Indicateur économique
171
21.32
Indicateur législatif
173
26.71
Indicateur social
177
23.78
Indicateur sécuritaire
174
13.61
Classement 2021
174/180
Score : 27.30
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

L’Iran fait partie des dix pires pays au monde au Classement mondial de la liberté de la presse de RSF, et demeure l'un des plus répressifs pour les journalistes.   

Paysage médiatique

Dans un paysage médiatique très largement contrôlé par le régime islamique, les principales sources d’information sont les médias basés à l’étranger. Les journalistes et médias indépendants en Iran sont soumis à une répression quotidienne via des arrestations arbitraires, des condamnations très lourdes prononcées à l’issue de procès iniques par des tribunaux révolutionnaires. 

Contexte politique

Le Guide suprême Ali Khamenei accuse régulièrement la presse indépendante d'être manipulée par des forces étrangères. À la tête des principales institutions politiques, militaires et judiciaires du pays, il ordonne les arrestations et les condamnations des journalistes à de lourdes peines de prison, voire à la peine capitale.

Cadre légal

L’article 24 de la Constitution garantit la liberté de la presse, mais la loi de 1986 sur la presse (amendée en 2000 et en 2009 pour prendre en compte les publications en ligne) permet au pouvoir de vérifier que les journalistes ne “portent pas atteinte à la République islamique”, "n'offense pas le clergé et le Guide suprême” ou ne “diffusent pas de fausses informations”

Contexte économique

Frappé par  des sanctions sans précédent et gangréné par la corruption, l’Iran est dans une situation économique alarmante qui affecte grandement les médias et les journalistes. Plusieurs organes de presse ont été fermés ces dernières années et une centaine de professionnels ont perdu leur travail.

Contexte socioculturel

La société civile iranienne est dynamique et progressiste, notamment grâce à la jeunesse du pays et aux femmes, qui réclament plus de liberté et le respect des droits fondamentaux, parmi lesquels la liberté d’information. Toutefois, les sujets liés à la religion et aux droits des femmes restent difficiles à aborder.

Sécurité

Au moins 1 000 journalistes et journalistes-citoyens ont été arrêtés, détenus, assassinés, portés disparus ou exécutés par le régime iranien depuis 1979. Cette répression contre la liberté d'information ne se limite pas à l’intérieur des frontières du pays. Les correspondants iraniens des médias internationaux subissent également de fortes pressions.