Classement 2022
167/180
Score : 30,97
Indicateur politique
161
35.15
Indicateur économique
170
21.43
Indicateur législatif
170
28.95
Indicateur social
164
39.67
Indicateur sécuritaire
153
29.65
Classement 2021
168/180
Score : 38,9
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Tenu d’une main de fer par la famille royale, Bahreïn est connu pour emprisonner de nombreux journalistes.

Paysage médiatique

En 2017, le seul et dernier média indépendant du pays, Al Wasat, a été fermé. Bahreïn ne dispose donc plus que des chaînes de télévision et de radio contrôlées par le ministère de l’Information. Il existe quatre quotidiens nationaux en langue arabe et deux en anglais, tous semi-gouvernementaux et détenus par un des membres de la famille royale, qu’il est bien sûr interdit de critiquer.

Contexte politique

La liberté d’expression n’existe pas à Bahreïn. La situation a empiré avec les manifestations pro-démocratie de 2011. Le gouvernement a réduit l’espace disponible pour le journalisme indépendant, et les médias sont devenus un simple canal pour la famille royale et leurs partisans.

Cadre légal

Plusieurs journalistes bahreïnis ayant critiqué le gouvernement sur internet depuis l’étranger sont accusés de “cybercriminalité”. Le pays ne dispose d’aucune loi récente concernant la presse, et la législation en vigueur depuis des décennies est en total décalage avec les réalités du terrain et l’évolution du journaliste depuis 50 ans. 

Contexte économique

Les organes de presse détenus par le gouvernement ou par les membres de la famille royale sont autorisés à travailler pour des hommes politiques, des membres du Parlement, ou des hommes et femmes d'affaires influents. Cette situation crée un conflit d’intérêts qui amène les médias à perdre leur indépendance financière et affecte leur ligne éditoriale.

Contexte socioculturel

La société et les personnalités religieuses exercent une forte pression sur les journalistes pour les dissuader d’aborder certains sujets comme le genre, la sexualité ou la religion.

Sécurité

Accusés de participer à des manifestations ou de soutenir le terrorisme, les journalistes professionnels et citoyens encourent de longues peines de prison, parfois à vie, lors desquelles ils subissent de mauvais traitements. Certains se sont vu retirer leur citoyenneté. Depuis 2016, les journalistes bahreïnis exerçant pour des médias internationaux rencontrent des difficultés pour renouveler leur accréditation.