Classement 2022
2/180
Score : 90,27
Indicateur politique
2
94.34
Indicateur économique
3
83.67
Indicateur législatif
4
89.18
Indicateur social
9
91.17
Indicateur sécuritaire
7
92.97
Classement 2021
4/180
Score : 91,43
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Le journalisme d’investigation traditionnel a connu un regain d’intérêt dans le contexte de la crise sanitaire, particulièrement sur des sujets liés aux questions de santé. 

Paysage médiatique

Bien que le pays ne compte que 5,8 millions d’habitants, on y dénombre pas moins de huit journaux (Politiken, Berlingske, Morgenavisen Jyllands Posten, etc.), cinq stations de radio et deux chaînes de télévision nationales, ainsi que huit chaînes régionales. Les médias exclusivement en ligne ont également connu un essor au cours des dernières années. De manière générale, si les Danois se révèlent méfiants envers les réseaux sociaux et la presse locale, ils sont très fidèles aux médias nationaux. C’est particulièrement vrai pour les médias publics (Denmarks Radio, TV2), très suivis par les jeunes générations pendant la crise sanitaire. 

Contexte politique

De manière générale, les politiciens et les institutions publiques respectent la liberté de la presse, bien que celle-ci ait été ébranlée par une affaire majeure à la fin de l’année 2021 : les agences de renseignement de la police et de la défense ont en effet entrepris d'intimider des journalistes et menacé le secret de leurs sources en se référant à des clauses juridiques relatives à la haute trahison, qui ne sont pourtant jamais appliquées en temps de paix. Sans fournir d'informations spécifiques ni de raisons à leur décision, les agences ont mis en garde les médias contre la publication d'informations classifiées liées à la sécurité nationale, sous peine d’emprisonnement.

Cadre légal

Le cadre législatif relatif à la protection de la liberté de la presse et des journalistes a peu évolué et constitue toujours une base solide. La loi sur la liberté d’information, adoptée en 2014, fait néanmoins l'objet de critiques par les médias eux-mêmes, qui la considèrent comme un obstacle au droit d’informer, puisqu’elle permet aux institutions d’être plus restrictives dans la rétention d’informations d’intérêt public. 

Contexte économique

Le système de subventions fournit la majeure partie des financements aux diffuseurs publics, le reste étant alloué aux médias privés. Les sommes sont distribuées par des institutions publiques suivant un principe d’indépendance. Les radiodiffuseurs sont soumis au régulateur des médias qui, bien que nommé par le gouvernement, représente les différents points de vue d’un panel d’experts. Comme ailleurs dans le monde, les géants de la technologie comme Google et Facebook s'approprient une part importante du marché de la publicité, ce qui met à mal le modèle économique des médias privés danois.

Contexte socioculturel

De manière générale, les journalistes bénéficient d’un haut niveau d’assentiment dans la société danoise. Toutefois, le débat public parfois houleux sur l’immigration a engendré un certain scepticisme à l’égard de la presse, qui peut occasionnellement se muer en hostilité dans certains quartiers des grandes villes.

Sécurité

Les révélations sur le sexisme au sein des médias danois ont suscité de vives controverses et ont choqué tant les responsables des médias que le public. Un documentaire sur les pratiques en cours au sein de la chaîne TV2 a incité les médias à prendre des mesures pour mieux protéger les femmes journalistes. Globalement, les journalistes danois travaillent librement et ne font l’objet d’aucune menace significative.