Europe - Asie centrale
Ouzbékistan
-
Classement 2022
133/180
Score : 45.74
Indicateur politique
129
44.75
Indicateur économique
123
35.71
Indicateur législatif
136
50.88
Indicateur social
138
53.33
Indicateur sécuritaire
129
44.03
Classement 2021
157/180
Score : 49.26
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Après la mort, en 2016, du président Islam Karimov, la situation des médias n’a connu que peu d’amélioration dans le pays et la critique du pouvoir en place reste très compliquée.

Paysage médiatique

Aucune télévision indépendante n’existe en Ouzbékistan. La radio publique relaie la propagande du pouvoir, les radios privées s’abstiennent de toute émission critique de peur d’être fermées et la presse écrite sert les intérêts de l’État. Seuls une quinzaine de médias en ligne, dont certains basés à l’étranger, publient une information de qualité. C’est le cas de l’agence de presse Fergana, basée à Moscou, et de Ozodlik Radiosi, le service en  ouzbek du media américain Radio Free Europe /Radio Liberty (RFERL), bloqué dans le pays. Environ un tiers de la presse diffuse en langue russe.

Contexte politique

Les autorités contrôlent largement la presse, ainsi qu’un groupe important de blogueurs proches du gouvernement. L’opposition réelle, composée d’une part d’une mouvance islamique proche des talibans et d’autre part d’un groupe de nationalistes en partie en exil, est interdite. 

Cadre légal

Les autorités n’ont toujours pas mis en œuvre les réformes nécessaires pour mettre fin aux lois répressives à l’égard des médias. Censure, surveillance et autocensure sont encore bien présentes. Pour conserver leur indépendance, les publications locales en ligne sont réticentes à s’enregistrer officiellement comme média, au risque d’être poursuivies et d’écoper de lourdes amendes pour leurs écrits.

Contexte économique

Des représentants du pouvoir n’hésitent pas à exercer des pressions économiques ou à tenter de corrompre des journalistes. L’essor d’une presse indépendante est par ailleurs largement entravé par des lois restreignant son financement. 

Contexte socioculturel

Sur quelque 30 millions d’habitants, 60 % ont moins de 30 ans. Cette jeunesse, ainsi que l’extension de la couverture internet, explique l’explosion des réseaux sociaux dans le pays, en particulier Odnoklassniki, Facebook et Telegram. Certains groupes sur ces réseaux permettent notamment l’échange d’informations sur des faits de corruption, peu couverts par les médias officiels.  

Sécurité

Les derniers journalistes emprisonnés, parfois depuis près de 20 ans, ont été libérés mais n’ont pas été réhabilités. Des blogueurs sont encore menacés ou arrêtés, à l’image d’Otabek Sattoryi, fondateur de la chaîne YouTube Xalq Fikri (People’s Opinion), condamné à six ans et demi de prison en mai 2021 dans une affaire de diffamation et d’extorsion montée de toutes pièces. D’autres ayant tenté de couvrir son procès ont été victimes de violences ou de poursuites infondées.