Asie - Pacifique
Nouvelle-Zélande
-
NZ
Classement 2022
11/180
Score : 83.54
Indicateur politique
7
90.15
Indicateur économique
10
75.26
Indicateur législatif
54
74.78
Indicateur social
15
89.75
Indicateur sécuritaire
21
87.76
Classement 2021
8/180
Score : 89.96
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

La Nouvelle-Zélande est un modèle pour le journalisme d’intérêt public. Régulation du marché, jurisprudence favorable, respect de la diversité… Les 5 millions de Néo-Zélandais bénéficient d’un haut niveau de liberté de la presse.

Paysage médiatique

Après de sérieuses inquiétudes, à la fin des années 2010, concernant le pluralisme et l’indépendance éditoriale des organes de presse, la situation s’est améliorée à la faveur, entre autres, de lois anti-trust de 2020. Le principal portail d’information du pays, Stuff, a ainsi pu retrouver son indépendance financière - donc éditoriale - après avoir été la cible de convoitises de grands groupes. Il est aujourd’hui concurrencé par d’autres sites d’information en ligne comme The Spinoff et Newsroom. Le groupe New Zealand Media and Entertainment (NZME) possède pour sa part le premier quotidien du pays, The New Zealand Herald, ainsi que la radio Newstalk ZB. Le secteur audiovisuel est dominé par le service public, qui est toutefois l’objet de tentatives répétées de fusion entre ses deux composantes principales, Television New Zealand et Radio NZ.

Contexte politique

Dans la vieille démocratie néo-zélandaise, établie dès 1852, une frontière étanche sépare le pouvoir exécutif de la presse, reconnue comme un garant de l’état de droit et de la défense de l’intérêt public. Avec le Conseil des médias et la Public Broadcasting Standards Authority, les journalistes de l'archipel bénéficient de deux organes d'autorégulation dont les membres sont désignés à l’issue d’un processus qui garantit leur indépendance. 

Cadre légal

Faute d’une constitution propre ou de lois spécifiques en la matière, il n’existe aucune garantie juridique à la liberté de la presse. Pour autant, la jurisprudence veut que les litiges liés aux médias, comme les cas de diffamation, se règlent systématiquement devant les cours civiles, et le plus souvent à l’amiable. Depuis des années, les journalistes du pays réclament la révision de la loi sur l’information publique de 1982 (Official Information Act, OIA), censée garantir la transparence de la gouvernance. Car dans les faits, ce texte accorde aux agences gouvernementales des délais excessifs pour répondre aux demandes des journalistes et forcent leur rédaction à payer plusieurs centaines de dollars pour obtenir une information publique. La réforme gouvernementale promise à ce sujet a été repoussée début 2021.

Contexte économique

La viabilité économique de nombreux médias a été sérieusement menacée par la crise de la Covid-19, qui a entraîné la perte d’environ 700 emplois dans le secteur. Afin de répondre à cette urgence, le gouvernement a annoncé le déblocage sur trois ans de 55 millions de dollars néo-zélandais (33 millions d’euros) d’aide, dans la cadre d'un fonds de soutien au journalisme d’intérêt public. 

Contexte socioculturel

La société néo-zélandaise est multiculturelle dans son ADN, avec une reconnaissance réciproque des populations māories et européennes dès le traité de Waitangi, en 1840. La dimension biculturelle de la nation ne se reflète toutefois pas complètement dans les médias, encore dominés par la presse anglophone. Un rééquilibrage a progressivement lieu, comme en atteste le succès de la chaîne Māori Television et de plusieurs émissions en langue māorie sur les médias grand public, comme Te Karere, The Hui ou Te Ao. Les médias néo-zélandais jouent aussi un rôle de relais pour les autres nations du Pacifique Sud, avec Radio Pasifika ou le Pacific Media Network.  

Sécurité

Les journalistes évoluent dans un environnement exempt de violence ou d’intimidation, bien qu’ils soient de plus en plus confrontés aux problématiques du harcèlement en ligne. Leurs conditions de travail se sont également durcies au début de l’année 2022, avec les mouvements de contestation contre les restrictions liées à la Covid-19, où ont eu lieu des cas de violence, d’insultes et de menaces de mort contre des journalistes, pourtant rarissimes sur l'archipel.