Classement 2022
122/180
Score : 48.28
Indicateur politique
136
43.52
Indicateur économique
153
29.80
Indicateur législatif
135
51.93
Indicateur social
140
52.30
Indicateur sécuritaire
98
63.85
Classement 2021
155/180
Score : 49.72
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Alors que la qualité de l’information en ligne s’améliore, la répression se modernise avec un contrôle croissant de l’internet, seul espace où peut s’exprimer une presse indépendante.

Paysage médiatique

Ruiné par une succession de réformes répressives depuis 1997, le paysage médiatique sert principalement la propagande du régime kazakh. Seule une poignée de titres indépendants subsistent, comme Vlast.kz, Ouralskaïa Nedelia ou l’agence de presse KazTAG. Mais des projets alternatifs lancés par des journalistes professionnels se développent sur YouTube, Telegram ou Instagram, à l’instar de Protenge, Za nami uzhe vyekhali ou Guiperboreï (“Hyperborée”), qui contredisent le récit des médias pro-gouvernementaux. 

Contexte politique

Les autorités cherchent à contrôler l’information, empêchant par tous les moyens - arrestations, violences, blocage des télécommunications, coupures d’internet - la couverture médiatique d’événements majeurs, comme les manifestations sans précédent contre le pouvoir qui ont secoué le pays en janvier 2022. L’accès à l’information est restreint et les questions des journalistes lors de briefings gouvernementaux censurées. L’État paye des médias privés pour diffuser sa propagande, et la nomination des rédacteurs en chef des médias d’État et paragouvernementaux dépend du pouvoir politique. Le ministère de l’Information lui-même fait office de régulateur des médias.

Cadre légal

Si la Constitution interdit la censure, celle-ci est encore pratiquée. La diffamation est dépénalisée, mais pas la “diffusion de fausses informations sciemment”. Le droit au secret des sources peut être levé par une simple décision de justice. 

Contexte économique

Le soutien de l’État aux médias dépend directement de leur promotion de l’agenda et de la propagande des autorités. Privés de subventions publiques, les médias indépendants dépendent essentiellement de la publicité et sont en concurrence avec ceux qui sont loyaux au pouvoir et ont, eux, les moyens de baisser les prix de leurs espaces publicitaires.

Contexte socioculturel

La profession suscite une méfiance généralisée dans la société, davantage prompte à croire des blogueurs ou des utilisateurs anonymes des réseaux sociaux. L’accusation de corruption est largement utilisée contre les journalistes dès lors que le traitement d’un sujet déplaît. Les entraves au travail des journalistes sont souvent liées à l’ignorance de la loi, et les agents de sécurité des institutions d’État ou des entreprises privées n’hésitent pas à recourir à la force contre les professionnels des médias. 

Sécurité

Certains journalistes font l’objet de menaces et d’attaques ciblées liées à leur activité professionnelle, sur les réseaux sociaux notamment, et en particulier en région, souvent par les personnes directement citées dans les publications. Les journalistes non soumis au pouvoir risquent la détention. Certains sont espionnés, comme l’a révélé le projet Pegasus.

Exactions en temps réel au Kazakhstan

Baromètre
Tués depuis le 1er janvier 2022
0 journalistes
1 collaborateurs des médias
1
En prison à ce jour
0 journalistes
0 collaborateurs des médias
0