Europe - Asie centrale
Monténégro
-
Classement 2022
63/180
Score : 66,54
Indicateur politique
62
62.51
Indicateur économique
66
47.67
Indicateur législatif
47
77.19
Indicateur social
80
71.00
Indicateur sécuritaire
65
74.33
Classement 2021
104/180
Score : 65,67
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

La Constitution et la législation du Monténégro garantissent la liberté de parole et d’expression, mais la liberté de la presse continue d’être menacée par l’ingérence politique, les attaques impunies contre des journalistes et les pressions économiques.

Paysage médiatique

En dépit du faible nombre d’habitants (620 000), le Monténégro dispose de plus de 150 médias officiels, dont trois quotidiens, quatre diffuseurs TV dotés de fréquences  nationales – dont la chaîne publique RTCG – et une agence de presse. Trois des quatre réseaux télévisés à couverture nationale sont partiellement ou totalement sous contrôle étranger, principalement des entreprises de la Serbie voisine.

Contexte politique

Le Monténégro, pays candidat à l’adhésion à l’UE, est dirigé depuis 30 ans, avec quelques interruptions, par le DPS (ex-Parti communiste), dont les membres ont mené des campagnes virulentes contre les médias et les journalistes indépendants. Après une première défaite du DPS en 2020, les pressions et attaques du gouvernement envers les journalistes ont quelque peu diminué. Mais il est à craindre que les propriétaires étrangers de certaines chaînes pèsent sur les politiques éditoriales pour servir les intérêts d’autres gouvernements - serbe par exemple - ou ceux de leurs poulains politiques locaux.

Cadre légal

Au Monténégro, la liberté d’expression est garantie et la diffamation dépénalisée. En dépit des évolutions apportées ces dernières années au cadre juridique, il reste des lacunes en termes d’accès libre à l’information d’ordre public et de la confidentialité des sources. Résultat : une protection insuffisante de l’indépendance des médias face aux pressions économiques et politiques - ces dernières impactant la RTCG elle-même, en dépit de l’adoption de nouvelles dispositions juridiques en 2020.

Contexte économique

En tant que principal annonceur, l’État a, ces dernières décennies, distribué la plus grande partie de ses fonds aux médias “loyaux”. Alors que la RTCG et les radiodiffuseurs publics locaux sont principalement financés par l’État, les médias privés sont largement soumis à l’influence des annonceurs et à la volatilité du marché. À la suite des conséquences économiques désastreuses de la pandémie de Covid-19 sur les médias, le gouvernement leur a apporté un soutien financier, qui se révèle néanmoins insuffisant pour assurer leur pérennité.

Contexte socioculturel

La société monténégrine souffre de profondes divisions ethniques, religieuses et politiques, auxquelles s’ajoute une culture politique autoritaire héritée du passé. Dans un tel environnement, les médias sont souvent accusés de travailler pour des intérêts étrangers et de trahir la nation ou l'Église. Des politiciens, à la fois du parti au pouvoir et de l’opposition, mènent fréquemment des campagnes contre les journalistes professionnels.

Sécurité

La quasi-totalité des attaques contre des journalistes ayant eu lieu en 2021 ont été résolues, mais parmi celles qui se sont déroulées dans le passé, beaucoup restent impunies, et ce, malgré les promesses du gouvernement arrivé au pouvoir en 2020. C’est le cas notamment de l’assassinat du rédacteur en chef Dusko Jovanovic et de la tentative d’assassinat de la journaliste d’investigation Olivera Lakić. Le journaliste d’investigation Jovo Martinović a été condamné à une peine d’un an de prison pour trafic de drogue malgré l’absence de preuves.