Classement 2022
89/180
Score : 59.30
Indicateur politique
102
52.42
Indicateur économique
74
46.43
Indicateur législatif
32
80.79
Indicateur social
67
75.50
Indicateur sécuritaire
135
41.34
Classement 2021
60/180
Score : 71.36
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Les ingérences des autorités mettent à mal les efforts entrepris pour améliorer la liberté de la presse. En 2021, le pays a enregistré un niveau sans précédent de violences physiques contre les journalistes.

Paysage médiatique

Outre sa pluralité, le paysage médiatique se caractérise par une forte polarisation politique. La télévision reste la source d’information principale. Les patrons de presse gardent souvent la main sur le contenu éditorial, comme la chaîne d’opposition Rustavi 2, qui a bouleversé sa ligne éditoriale après sa rétrocession à un ancien propriétaire. Les radios régionales et communautaires se renforcent, tandis que l’audience de la presse écrite décline et celle de l’information en ligne se développe.

Contexte politique

Le pays traverse une nouvelle crise politique grave depuis les élections législatives contestées d’octobre 2020. Cet environnement est propice à une compétition soutenue pour le contrôle des chaînes télévisées. Bien que la loi géorgienne interdise aux partis de posséder des médias, les grandes chaînes défendent généralement les intérêts de leurs propriétaires, souvent proches de responsables politiques. Il en va de même pour les médias publics soumis à l’ingérence des autorités. Celles-ci s'en prennent parfois aux médias qui les critiquent par la censure, des perquisitions et des intimidations. 

Cadre légal

À rebours des précédentes réformes renforçant le pluralisme et la transparence dans les médias, le gouvernement a témoigné de sa volonté de contrôler des radios et chaînes télévisées indépendantes via une réforme de la loi sur les communications électroniques. Les tribunaux tentent parfois d’attaquer la confidentialité des sources, pourtant garantie par la loi sur la liberté d’expression.

Contexte économique

Le marché publicitaire reste peu développé dans la presse écrite et les médias en ligne, en grande partie financés par des donateurs, généralement occidentaux.

Contexte socioculturel

La société géorgienne est marquée par de fortes tensions sociales dans certains domaines comme la religion, les droits LGBTQ+ ou encore l’influence de la Russie, qui impactent le travail des journalistes. De puissantes figures sociales, tels des membres du clergé orthodoxe, sont mises sur écoute par les services de sécurité, qui violent ainsi le secret des sources des journalistes. 

Sécurité

Les agressions verbales et physiques de journalistes sont fréquentes, y compris venant de hauts représentants de l'État, particulièrement en contexte électoral. Le lynchage d’une cinquantaine de reporters lors de contre-manifestations homophobes en juillet 2021, devant des forces de sécurité impassibles, a marqué un recul sans précédent. L'absence de transparence et d’avancée dans les enquêtes témoigne de l'impunité dont jouissent les crimes commis contre les journalistes dans le pays.