Mongolie

Mongolie

Diffamation et autocensure menacent la presse libre

En Mongolie, plus de la moitié des poursuites en diffamation sont lancées contre des journalistes et des médias, les poussant à l’autocensure. Le 26 avril 2018, les médias du pays ont remplacé leurs programmes habituels par des écrans noirs pour protester contre un durcissement de cette réglementation dans un contexte de campagne présidentielle. Bien que l’environnement médiatique se soit globalement amélioré ces dernières années, avec notamment la transformation des organes d'information d’État en médias de service public, un problème de concentration – la plupart d'entre eux sont affiliés à des partis politiques – limite le développement d'une presse indépendante. Les organes de presse publics comme privés subissent fréquemment des pressions de la part des politiques. Le manque de transparence du gouvernement et sa susceptibilité limitent le contre-pouvoir médiatique, soumis à un cadre légal encore très imparfait.

73
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

-3

70 en 2019

Score global

+0,10

29,51 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre