Russie

Russie

Atmosphère étouffante pour les voix indépendantes

La pression sur les médias indépendants ne cesse de s’intensifier depuis les grandes manifestations de 2011-2012 : lois liberticides, asphyxie ou reprise en main de titres de référence, blocage de sites d’information… Alors que les grandes chaînes de télévision abreuvent les citoyens d’un déluge de propagande, l’atmosphère devient étouffante pour ceux qui remettent en cause la nouvelle vulgate patriotique et néoconservatrice, ou qui cherchent tout simplement à défendre un journalisme de qualité. Le nombre de journalistes derrière les barreaux est inédit depuis la chute de l'URSS, et de plus en plus de blogueurs sont jetés en prison. En tentant de bloquer la messagerie cryptée Telegram depuis 2018 au prix de graves dommages collatéraux, le Kremlin a montré sa détermination à contrôler la Toile, un objectif assumé sous le nom d’« internet souverain ». Les principales organisations de défense des médias ont été déclarées « agents de l’étranger ». La Tchétchénie et la Crimée, annexée en 2014, sont de véritables « trous noirs de l’information ». Et l’impunité reste la règle pour les assassins et agresseurs de journalistes.

149
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

-1

148 en 2018

Score global

+0,35

49,96 en 2018

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre