Pologne

Pologne

Aveuglement idéologique

Rien ne semble pouvoir arrêter le gouvernement de Droit et Justice, au pouvoir depuis octobre 2015, déterminé à « refonder la Pologne » à la manière qui plaît au parti, sans l’accord de tous ceux qui expriment des opinions divergentes. La liberté de la presse est une des principales victimes de cette politique. Les médias publics ont officiellement été rebaptisés « médias nationaux » et transformés en programmes de propagande pro-gouvernementale. Leurs dirigeants ne tolèrent ni l’opposition ni la neutralité de leurs employés et licencient ceux qui refusent de se plier au diktat.

Tomasz Piatek, un journaliste d’investigation, menacé d’une peine de prison au motif qu’il avait critiqué les relations du ministre de la Défense avec les services de renseignement russes, a dû patienter de longs mois avant que les charges pesant sur lui ne soient levées.

Le Conseil de l’audiovisuel –désormais sous la coupe du gouvernement- a notamment tenté d’imposer une amende record à la télévision privée TVN accusée de disséminer des messages antigouvernementaux dans sa couverture des manifestations de décembre 2016. Sous la pression internationale, l’amende a été retirée.

A ceux qui appellent le gouvernement à la modération, celui-ci répond toujours avec les mêmes arguments méthodiques tirés d’une idéologie visant à éradiquer toute voix dissidente.

58
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

-4

54 en 2017

Score global

+0,12

26,47 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre