Ouzbékistan

Ouzbékistan

Année zéro pour la liberté de la presse

La mort du président Islam Karimov en août 2016 ouvre une nouvelle page de l’Histoire de l’Ouzbékistan : en 25 ans de règne, l’inamovible dictateur n’aura eu de cesse d’intensifier la censure et de persécuter les journalistes indépendants. Son successeur, l’ancien Premier ministre Chavkat Mirzioïev saura-t-il rendre à ses concitoyens le droit à l’information qui leur est garanti par la Constitution ? Si le doyen des journalistes emprisonnés, Muhammad Bekjanov, a enfin retrouvé la liberté en février 2017, pas moins de neuf autres journalistes croupissent toujours en prison dans des conditions abominables. Ces dernières années, non contentes de leur contrôle absolu sur les médias traditionnels, les autorités n’ont eu de cesse de renforcer leur mainmise sur Internet : au blocage des sites d’information indépendants s’est ajouté celui des outils de contournement de la censure et de nombreuses applications de messagerie instantanée. La pression s’est accentuée contre le dernier quarteron de journalistes indépendants, qui collaborent clandestinement avec des médias en exil.

169
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017

Classement

-3

166 en 2016

Score global

+4,96

61,15 en 2016

Contacts

  • 0
    journalistes tués en 2017
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2017
  • 0
    collaborateurs tués en 2017
Voir le baromètre