Italie

Italie

Des journalistes sous protection policière

Une dizaine de journalistes italiens est toujours sous protection policière permanente et renforcée après des menaces de mort proférées notamment par la mafia, des groupes anarchistes ou fondamentalistes. Le niveau des violences perpétrées contre les reporters (intimidations verbales ou physiques, provocations et menaces…) est très inquiétant et ne cesse de croître, notamment en Calabre, Sicile et Campanie. De nombreux journalistes, notamment dans la capitale et dans le sud du pays, se disent continuellement sous la pression des groupes mafieux qui n’hésitent pas à pénétrer dans leurs appartements pour voler ordinateurs et documents de travail confidentiels quand ils ne s'en prennent pas physiquement à eux. En faisant preuve de courage et résilience, ces journalistes continuent, néanmoins, à publier leurs enquêtes.

Nombreux professionnels de l’information sont, de plus, inquiets en raison de la récente victoire aux élections législatives d’un parti – le Mouvement 5 étoiles (M5S) – qui a souvent condamné la presse pour son travail et qui n’hésite pas à communiquer publiquement l’identité des journalistes qui le dérangent.

Les journalistes italiens subissent souvent des pressions de la part des politiques et optent de plus en plus pour l'autocensure: un récent projet de loi fait peser sur les auteurs de diffamation contre les politiciens, magistrats ou fonctionnaires des peines allant de six à neuf ans de prison.



46
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

+6

52 en 2017

Score global

-2,14

26,26 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre