Belgique

Belgique

En recul

La situation des journalistes et celle de la liberté de la presse se détériorent en Belgique - le pays marque d’ailleurs un net recul dans le Classement. La mise en place d’une circulaire récente visant à mieux organiser la communication entre la justice et les médias belges a fait bondir la profession. Le texte permettra à un magistrat de contrôler un reportage avant sa diffusion et de décider ce que le public belge verra ou pas. Une mesure en contradiction directe avec la Constitution, qui précise que « la presse est libre » et que « la censure ne pourra jamais être établie ». Une restriction à la liberté d’informer d’autant plus mal accueillie qu’elle survient après l’arrestation arbitraire momentanée par la police de journalistes de la RTBF en juin 2018, dans le cadre d’un reportage sur un camp de migrants. Par ailleurs, les journalistes ont fait état ces derniers mois de manque de moyens et de censure. Le 23 février 2019, les salariés de la Radio télévision belge francophone (RTBF) se sont mis en grève pour dénoncer le manque de personnel au moment où l'Association des journalistes belges votait une motion de soutien aux journalistes du groupe de presse wallon L'Avenir, confronté à un plan de restructuration qui prévoit 45 départs. En novembre 2018, la chaîne RTL TVI Belgique - qui a licencié un cinquième de son personnel depuis 2017 - a décidé d’écarter Emmanuelle Praet, une chroniqueuse politique, après qu’elle a pris position sur les gilets jaunes à l’antenne. Le Premier ministre belge Charles Michel a apporté son soutien public à la journaliste belge.

9
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

-2

7 en 2018

Score global

-1,09

13,16 en 2018

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre