Belgique

Belgique

La protection des sources avant tout

Au royaume de Belgique, la liberté de la presse est protégée par la Constitution de 1831.
Le paysage médiatique belge est caractérisé par la division du pays en deux grandes communautés linguistiques : la flamande et la francophone. S’y ajoutent quelques communes germanophones. Chacune de ces entités linguistiques dispose de ses propres canaux publics de radiodiffusion. Une poignée d’entrepreneurs possède désormais la plupart des titres de la presse ; la concentration en termes de propriété des médias est élevée. La loi de 2005 sur la protection des sources journalistiques est l’une des plus protectrices au monde : la justice doit satisfaire à des conditions très strictes pour rompre le secret des sources. Seul un juge peut en prendre l’initiative et uniquement dans une situation de menace grave pour l’intégrité physique d’une personne et quand les informations demandées ne peuvent être obtenues d’aucune autre manière. Dans la pratique, la loi est parfois ignorée, comme l'ont montré, fin 2016, des repérages téléphoniques dans le portable d’un journaliste de la VRT. En 2017, un avant-projet du ministre de la Justice inquiétait la profession car il visait à affaiblir la protection des sources dans certains cas.

7
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

+2

9 en 2017

Score global

+0,41

12,75 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre