Suède

Suède

Des pressions extérieures

La Suède, premier pays au monde à avoir adopté, en 1776, une loi sur la liberté de la presse, se classe toujours parmi les meilleurs pays en matière d'indépendance des médias, le système de déontologie de la presse étant géré par un médiateur des médias qui traite les plaintes. Il reste que les journalistes ne sont pas épargnés par les menaces, la haine en ligne et les procès-bâillons. La concentration de la propriété des médias suédois reste élevée. Six grands propriétaires contrôlent plus de 90 % de la presse quotidienne. En 2020, les médias et les journalistes suédois ont été victimes d'attaques de la part de l'ambassade de Chine (en raison de questions liées aux droits humains) et de la Hongrie (du fait qu'un média a critiqué les mesures liées au coronavirus). Des journalistes exilés de Turquie et d'Iran ont également subi des attaques et des menaces de la part de leur pays d'origine. Depuis 2001, un ressortissant de la Suède, le journaliste suédo-érythréen Dawit Isaak, est emprisonné en Érythrée sans avoir jamais eu de procès. Aucun autre journaliste dans le monde n'a été emprisonné aussi longtemps pour avoir simplement exercé ses fonctions. Autre cas, l'auteur et éditeur suédo-chinois Gui Minhai, emprisonné depuis 2015 en Chine, a été condamné sur des accusations infondées à 10 ans de prison. En raison de la pandémie de la Covid-19, les changements dans le secteur médiatique se sont accélérés. Les journaux papier passent au numérique et voient leur modèle économique passer de la publicité aux abonnements. En outre, la pandémie a eu des conséquences négatives sur le principe suédois d’ouverture, les autorités ayant empêché les médias de consulter les documents publics concernant la Covid-19. La perte de revenus publicitaires a entraîné des difficultés financières pour plusieurs médias, et les subventions publiques ont plus que doublé. Mais la crise sanitaire a également accru l’intérêt pour l’actualité, la société suédoise percevant l’importance d’un journalisme factuel et pertinent.

3
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

+1

4 en 2020

Score global

-2,01

9,25 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre