Suède

Suède

Toujours en tête mais..

La Suède, premier pays au monde à avoir adopté, en 1776, une loi sur la liberté de la presse, se maintient au plus haut niveau en matière d’indépendance des médias. L'année 2020 a démarré avec des changements importants puisque le « médiateur de la presse » a été requalifié en « médiateur des médias » et a vu ses compétences élargies à la télévision, à la radio et aux médias en ligne.
Les forces de l’ordre combattent activement les attaques contre les journalistes : le nombre de plaintes a diminué et certains auteurs ont été condamnés. Toutefois, un tiers des journalistes suédois déclarent avoir fait l’objet de menaces ou de haine en ligne les conduisant parfois à s’autocensurer. La tendance inquiétante de rachats de petits médias par de grands groupes de presse se poursuit. Actuellement, cinq sociétés possèdent plus de la moitié des médias locaux. La montée en puissance du populisme et des mouvements pour la suprématie blanche a favorisé l’émergence d’un groupe de médias alternatifs en ligne ayant un programme politique d’extrême droite très clair. En 2019, des journalistes et médias suédois ont été la cible de violentes attaques et de menaces en provenance de Chine. Elles visaient souvent les journaux publiant des sujets sur Hong Kong, Taiwan ou bien sur l’éditeur et auteur suédo-chinois Gui Minhai, emprisonné en Chine depuis 2015. Des journalistes iraniens exilés en Suède ont également subi des attaques et des menaces de la part du régime iranien.

4
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

-1

3 en 2019

Score global

+0,94

8,31 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre