Soudan

Soudan

La presse traquée par les services de renseignement

Poursuivi par la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité, Omar El-Béchir a été réélu président du Soudan en avril 2016, après une campagne électorale marquée par une très forte répression de la presse : harcèlement, censure, confiscation de journaux, suspension de médias, coupure d’Internet... Le Service national de renseignement et de sécurité (NISS) persécute les journalistes et pratique la censure à travers la saisie d’éditions déjà publiées ou la fermeture de journaux – ce qu’ont subi à plusieurs reprises Al-Tayyar, Al-Jareeda ou encore Al-Watan. Le spectre d’action de ce service a encore été élargi en janvier 2015 par un amendement à la Constitution de 2005 qui lui confère des pouvoirs équivalents à ceux de l’armée.

174
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017

Classement

0

174 en 2016

Score global

+1,03

72,53 en 2016

Contacts

  • 0
    journalistes tués en 2017
  • 0
    net-citoyens tués en 2017
  • 0
    collaborateurs tués en 2017
Voir le baromètre