RSF rend à nouveau accessible le site de Deutsche Welle en Russie

Reporters sans frontières (RSF) a remis en ligne l’édition russophone de Deutsche Welle dans le cadre de son opération Collateral Freedom. Ce média public allemand très visité en Russie était bloqué par le Kremlin depuis le 4 mars dernier.

 

L'édition russophone de Deutsche Welle avait fait les frais d’une vague de blocages orchestrés par le Kremlin le 4 mars sur le réseau national russe contre des sites d’informations. RSF a remis en ligne le 21 mars à sa demande l’édition russophone du service d’information allemand. Avant d’être censuré, le média étranger parmi les plus visités de Russie était consulté par 4,4 millions d’utilisateurs par mois, dont presque la moitié vient de Russie. Meduza.io, également remis en ligne par RSF dans le cadre du projet Collateral Freedom, faisait lui aussi partie des cibles de Moscou.

 

RSF a pu remettre rapidement en ligne une copie conforme des ces sites censurés et de l’héberger sur des réseaux de diffusions de contenus (CDN). Ces serveurs abritent de nombreux autres services et ne sont de fait pas censurés. Si le régime attaque ce serveur, tous les autres services hébergés seraient désactivés dans la foulée. Cela engendrerait de nombreux dysfonctionnements et n'affectera pas la facilité avec laquelle RSF remettra ces sites en ligne.

 

Les médias étrangers en ligne sont des compléments indispensables aux médias russes indépendants, affirme Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Disposant de moyens leur permettant de relativement échapper aux pressions que subissent les journalistes russes, ils jouent un rôle stratégique dans l’accès à l’information de ce pays, particulièrement sur Internet.

 

Le média public allemand était déjà dans le viseur des autorités russes avant que la guerre éclate en Ukraine le 24 février. La Russie avait en effet ordonné dès le 3 février la fermeture du bureau russe de la Deutsche Welle et son ajout à la liste des “agents de l’étranger”. Il s’agissait alors de représailles suite au refus de l’Allemagne d'accorder le droit d’émettre au média d’Etat RT (anciennement Russia Today). Deutsche Welle n’avait pourtant pas abandonné sa mission et s’était installée à Riga, en Lettonie, pour continuer à informer le public russe.

 

L’opération Collateral Freedom vient compléter les solutions dont dispose Deutsche Welle pour publier une information libre et indépendante aux populations vivant sous des régimes autoritaires. C'est pourquoi Deutsche Welle travaille déjà avec le logiciel de contournement de la censure Psiphon et fournit également un service dit "oignon", permettant aux utilisateurs de visiter anonymement le site web de DW via le navigateur Tor. Un aperçu de la manière dont DW recommande aux utilisateurs de contourner la censure est disponible ici.

 

La stratégie d'asphyxie russe s’en prend en effet tant aux médias étrangers et aux médias russes indépendants. L’objectif reste toujours le même : noyer la population russe sous la propagande du régime afin que Vladimir Poutine puisse mener sa guerre en silence.

 

Collateral Freedom : les sites miroirs au service de tous les médias

 

RSF a également remis en ligne le média indépendant Caucasian Knot le 18 mars. Ce média spécialisé indépendant couvre l’actualité des pays du Caucase depuis 2001, porte une attention particulière aux sujets des droits de l’homme et de la liberté de la presse, et documente scrupuleusement les violations et atteintes à ces droits élémentaires dans la région. 

 

Le média a été condamné au silence sur le réseau russe lors d’une énième vague de censure initiée par le Procureur général de Russie le 16 mars dernier. D’autres médias documentant le conflit ont également été bloqués à l’instar du site du collectif indépendant de chercheurs, enquêtes et journalistes citoyens Bellingcat.

 

RSF se tient prête à remettre en ligne tous les sites d'information souhaitant mener à bien leur mission d'information.

 

La Russie occupe la 150ème place du classement 2021 de la liberté de la presse dans le monde, qui comporte 180 pays.

 

Publié le 19.04.2022
Mise à jour le 19.04.2022