Iran

Iran

Un régime qui réprime le droit fondamental à l’information

VOIR LA FICHE #OBSERVATOIRE_19


L'Iran demeure l'un des pays les plus répressifs pour les journalistes. Le contrôle de l’information y est implacable. En l’espace de 30 ans, entre 1979 et 2019, au moins 860 journalistes et journalistes-citoyens ont été arrêtés, détenus ou exécutés par le pouvoir iranien. Dans un paysage médiatique très largement contrôlé par le régime islamique, la répression à l’égard des journalistes, des journalistes-citoyens et des médias indépendants ne faiblit pas : les intimidations permanentes, les arrestations arbitraires, les condamnations très lourdes prononcées à l’issue de procès inéquitables par des tribunaux révolutionnaires font partie depuis 41 ans du quotidien de la presse iranienne. Cette répression contre la liberté d'information ne se limite pas à l’intérieur des frontières du pays. Les correspondants iraniens des médias internationaux sont également sous forte pression. Le régime n’hésite pas non plus à couper totalement internet pendant de longues périodes pour priver la population d’informations alternatives alors que les journalistes-citoyens, très actifs sur les réseaux sociaux, se retrouvent au cœur du combat pour une information libre en Iran. Malgré sa résistance, cette presse peine également à exercer sa mission d’informer, tant le régime met tout en œuvre pour dissimuler la réalité, voire l’ampleur des catastrophes que connaît le pays. Cela a notamment été le cas lors des inondations en mars 2019, à l’occasion de la destruction du boeing ukrainien au début de l’année 2020 et à propos de l’épidémie du Coronavirus.

173
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

-3

170 en 2019

Score global

+0,40

64,41 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre