Grèce

Grèce

Des progrès, mais insuffisants

Le paysage médiatique grec est en pleine mutation. La fermeture pour raisons économiques, après 29 années de fonctionnement de MegaTV, (la plus ancienne des chaines privées) paraît désormais imminente. La tentative du Premier ministre Alexis Tsipras en 2016 d’attribuer des licences audiovisuelles afin de permettre à l’Etat d’empocher 246 millions d’euros a échoué. Le leader de Syriza qui avait promis une grande refonte du paysage audiovisuel grec, peine encore après deux années au pouvoir- à réorganiser le paysage médiatique. Les tribunaux grecs continuent de condamner des journalistes à des peines de prison avec sursis pour diffamation. Autre fait notable, une décision de justice a permis au ministre des Affaires étrangères Nikos Kotzias de faire geler les comptes de l’éditeur the Athens Review of Books après que cette dernière a rappelé le passé communiste du dirigeant grec dans une de ses publications.

74
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

+14

88 en 2017

Score global

-1,70

30,89 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre