Grèce

Grèce

Un cocktail dangereux pour la liberté de la presse

La liberté de la presse a été particulièrement malmenée en Grèce au cours de l’année 2020. Pour faire face à la pandémie, ainsi qu'à la crise des réfugiés, le gouvernement conservateur de Kyriákos Mitsotákis a tenté - directement ou indirectement - de contrôler étroitement la diffusion de l'information. Une campagne controversée de sensibilisation du public à la Covid-19, dotée de 20 millions d'euros, a omis ou sous-financé les médias d'investigation ou les médias critiques envers le gouvernement. Les journalistes ont par ailleurs été contraints d’obtenir une autorisation du gouvernement pour faire des reportages dans les hôpitaux tandis que le ministère de la Santé a interdit au personnel soignant de parler aux médias. Ordre a aussi été donné aux chaînes publiques de ne pas diffuser les images du Premier ministre violant les règles sanitaires, qui circulaient pourtant déjà sur les réseaux sociaux. Autre sujet sensible : la crise migratoire. La police a eu recours à la violence et à des interdictions arbitraires pour faire obstacle à la couverture de la crise des réfugiés sur les îles. A Lesbos, des journalistes ont été empêchés de couvrir les conséquences de l'incendie du camp de Moria, tandis qu'un groupe de reporters indépendants allemands a été interpellé alors qu'il tentait de faire un reportage sur le débarquement de nouveaux arrivants. A Samos, une équipe de documentaristes allemands a été détenue sans inculpation et maltraitée par la police. La chaîne publique grecque, qui, malgré une décision accablante de la Cour suprême, était directement contrôlée par le Premier ministre et qui est maintenant supervisée par le ministre adjoint du Premier ministrea censuré les reportages sur les nouveaux camps de migrants. A la fin de l'année 2020 à Athènes, la police a fait obstruction aux photojournalistes couvrant un rassemblement commémoratif et a brutalisé et interpellé un journaliste pour avoir prétendument enfreint les règles de la Covid-19. Le nouveau schéma du maintien de l’ordre lors des rassemblements publics suscite également l'inquiétude, car il désigne des zones où positionner les journalistes.  En avril 2021, la communauté des journalistes grecs a été secouée par l'assassinat du reporter spécialiste des affaires criminelles Giorgos Karaïvaz.

70
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

-5

65 en 2020

Score global

+0,21

28,80 en 2020

  • 1
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre