Finlande

Finlande

Haine en ligne mais confiance accrue dans les médias

Les médias finlandais sont menacés par les réseaux sociaux : ces plateformes détruisent la publicité et les autres méthodes de financement des médias grand public, et hébergent des sites d'informations fictifs et des groupes d’utilisateurs amplifiant la désinformation. Les réseaux sociaux tolèrent également, sans prendre de mesures ou de responsabilités pertinentes, les utilisateurs qui traquent, ciblent et prononcent des discours de haine dirigés contre des journalistes. Nombreux sont les utilisateurs de ces plateformes qui partagent de fausses informations et des théories complotistes, n’hésitant pas à attaquer les médias traditionnels pour les discréditer aux yeux du public. Au cours de l'année, le gouvernement a proposé une législation afin de protéger les médias et les journalistes des conséquences de la haine en ligne. Son impact réel reste à voir. Les tribunaux ont des difficultés à interpréter de manière cohérente la législation existante limitant les discours de haine en ligne, notamment lorsqu’il s’agit d’affaires impliquant des policiers ou des journalistes. Malgré tout, la pandémie liée à la Covid-19 a eu un impact positif dans le paysage médiatique finlandais. La confiance de la société finlandaise dans les principaux médias du pays a clairement augmenté, tout comme celle pour l’information vérifiée et pour la science. Cependant, face à l’économie chancelante des médias, certaines rédactions ont dû se séparer de collaborateurs, et les journalistes freelances peinent à poursuivre leur activité.

2
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

0

2 en 2020

Score global

+0,94

7,93 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre