Équateur

Équateur

Un regain préoccupant des violences contre la presse

Le mandat du président Lenín Moreno (2017-2021) aura apaisé les tensions entre le pouvoir équatorien et de nombreux médias privés, après trois mandats consécutifs de Rafael Correa (2007-2017) dramatiques pour la liberté de la presse et marqués par d’innombrables licenciements, poursuites judiciaires pour diffamation et autres amendes financières contres les journalistes et médias trop critiques du gouvernement. Malgré tout, les intimidations et agressions contre les journalistes - notamment dans le cadre de manifestations - et les attaques contre les locaux de rédaction (TV, radios) demeurent courantes et se sont intensifiées depuis 2019. En 2018, le kidnapping puis l’assassinat d’une équipe de journalistes du quotidien El Comercio à la frontière colombienne ont été particulièrement traumatisants pour les journalistes équatoriens et soulevé de nombreuses questions sur la sécurité et les méthodes de travail dans ces zones de conflit échappant à tout contrôle des pouvoirs publics. En 2020, la pandémie de la Covid-19 a durement impacté le travail de la presse, avec de nombreux journalistes décédés sur la ligne de front, un impact économique dramatique et des difficultés grandissantes pour accéder aux informations publiques.

96
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

+2

98 en 2020

Score global

+0,21

32,62 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre