Burkina Faso

Burkina Faso

La liberté de l’information à l’épreuve de la lutte contre l’insécurité

Le Burkina Faso se classe parmi les réussites du continent africain en matière de liberté de la presse, avec un paysage médiatique dynamique, professionnel et pluraliste. La transition post-Blaise Compaoré s’est déroulée sans répression majeure des médias. De plus, le gouvernement français est maintenant favorable à l'extradition de François Compaoré, frère de l’ancien président et commanditaire présumé de l’assassinat du journaliste d’investigation Norbert Zongo il y a plus de 20 ans. La diffamation a également récemment été dépénalisée et n'est plus passible d'emprisonnement. Elle reste cependant passible de lourdes amendes pouvant mener à la fermeture pure et simple des médias concernés. Par ailleurs, la situation sécuritaire dans le nord du pays rend difficile la couverture des événements qui s’y déroulent. L'Assemblée nationale a adopté, en 2019, un amendement du code pénal qui sanctionne lourdement les infractions de « fausses informations » et certaines publications sur les forces de sécurité. En plus de permettre à l’État d’exercer un contrôle très strict sur l’information, cet amendement introduit des restrictions extrêmement graves à la liberté d’informer, car il permet d'imposer de fortes amendes à des médias qui couvrent de façon critique et objective la lutte contre le terrorisme par les forces armées nationales, qui demeure un exercice périlleux.

38
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

-2

36 en 2019

Score global

-1,06

24,53 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre