Burkina Faso

Burkina Faso

Une liberté de l’information réelle mais fragile

Le Burkina Faso se classe parmi les réussites du continent africain en matière de liberté de la presse, avec un paysage médiatique dynamique, professionnel et pluraliste. La transition post Blaise Compaoré s’est déroulée sans répression majeure des médias et la diffamation a récemment été dépénalisée. Toutefois une certaine pression demeure : les cas de diffamation, notamment, sont passibles de lourdes amendes pouvant mener à la fermeture pure et simple des médias concernés. Par ailleurs, la suspension soudaine du journal d’investigation L’Evènement en février 2016 « pour diffusion d’informations relevant du secret militaire » relatives au putsch manqué, et les actes d’intimidation contre des journalistes par des agents de sécurité de l’Etat, montrent à quel point la liberté de l’information au Burkina Faso reste fragile.

41
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

+1

42 en 2017

Score global

+0,52

23,85 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre