Australie

Australie

Menaces sur le journalisme d'investigation et les lanceurs d'alerte

Bien que dotée d’un service public de qualité, l’Australie est sujette à une forte concentration de sa presse écrite. Les deux principaux groupes de presse, Fairfax Media et News Corporation (propriété du milliardaire Rupert Murdoch), totalisent à eux deux 85 % des ventes de journaux. Le travail de la presse, qui jouit dans l’ensemble d’une grande liberté malgré une protection des sources disparate sur le territoire national, est entravé lorsqu’il concerne les réfugiés et leur rétention sur les îles de Nauru et de Papouasie-Nouvelle-Guinée. En 2015, de nouvelles lois menacent d’emprisonnement les lanceurs d’alerte qui « porteraient atteinte à la conduite d’opérations spéciales » ou divulgueraient des informations sur les conditions de vie des réfugiés. Une loi sur les télécommunications a également ouvert la voie à la surveillance des métadonnées des communications des journalistes. Des perquisitions menées par la police fédérale australienne chez des parlementaires du parti travailliste en 2016, soupçonnés d’avoir fourni des informations à des journalistes, portent atteinte au secret des sources et témoignent de la volonté du gouvernement de museler les « messagers » plutôt que de se pencher sur leurs révélations, pourtant d'intérêt public.

19
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017

Classement

+6

25 en 2016

Score global

-1,82

17,84 en 2016

  • 0
    journalistes tués en 2017
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2017
  • 0
    collaborateurs tués en 2017
Voir le baromètre