Togo

Togo

Un environnement médiatique fortement dépendant du contexte politique

Avec 171 titres, 74 radios et 10 chaînes de télévision, le Togo dispose d'un paysage médiatique foisonnant, mais les médias d’Etat peinent encore à fournir une véritable information de service public. La dépénalisation des délits de presse est acquise depuis 2004, et les organisations professionnelles de journalistes disposent d’une importante capacité de mobilisation pour défendre la presse lorsque cette dernière est attaquée. La situation de la liberté de la presse est toutefois fortement dépendante du contexte politique. En période électorale, l’autocensure reste de mise pour les journalistes qui préfèrent éviter de traiter des sujets tabous comme la corruption, l’armée, le président et sa famille. Depuis les grandes manifestations de 2017 contre le maintien au pouvoir du président Faure Gnassingbé, en marge desquelles les autorités avaient durci le ton contre les médias - ils avaient retiré l'accréditation de la correspondante de France 24 et TV5 Monde et coupé internet pendant plusieurs jours -, la situation s’est quelque peu apaisée et le nombre d’exactions contre les journalistes est en forte baisse. Mais le pays n’est pas sorti de la crise politique, et la principale coalition de l’opposition a boycotté les élections législatives de décembre 2018. La professionnalisation du secteur, la protection des sources et des journalistes - notamment lors des manifestations - et l’accès à des ressources financières plus importantes pour assurer la viabilité économique des médias constituent les principaux enjeux du futur Code de la presse actuellement à l’étude.

76
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

+10

86 en 2018

Score global

+0,54

30,23 en 2018

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre