Tanzanie

Tanzanie

Le « bulldozer » s’attaque aux médias

Depuis son arrivée au pouvoir en 2015, John Magufuli, surnommé le « bulldozer » ne tolère aucune critique de lui-même ou de son programme. Les suspensions de radios et de journaux privés sont régulières et les lois criminalisant la diffusion d'informations se sont multipliées. Le fondateur du forum d'informations le plus suivi du pays, JamiiForums, est aujourd’hui poursuivi pour ne pas avoir accepté de donner l’identité de contributeurs anonymes lui ayant permis de révéler plusieurs scandales de corruption impliquant des sociétés privées proches du pouvoir. En mars 2017, le président a ouvertement pris position en faveur d’un gouverneur qui avait fait irruption avec des policiers dans une radio privée pour y diffuser un programme compromettant sur l’un de ses opposants. Un journaliste qui enquêtait sur des assassinats de fonctionnaires locaux est porté disparu depuis le 21 novembre.

93
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

-10

83 en 2017

Score global

0

30,65 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre