Soudan du Sud

Soudan du Sud

Fin d’une série d'assassinats de journalistes ?

Pour la seconde année consécutive, aucun journaliste n’a été tué au Soudan du Sud en 2019. Dans un pays ravagé par la guerre civile depuis fin 2013, la signature d’un accord de paix et le retour enfin concrétisé de Riek Machar comme vice-président du pays s’est accompagné d’une diminution des combats. Mais la situation reste précaire. Ces dernières années, les affrontements ont considérablement fragilisé la situation des journalistes, avec au moins 10 reporters tués depuis 2014. Contraints par le gouvernement à ne pas traiter des questions liées au conflit, les médias ne publient les informations qu’au compte-gouttes. En août 2015, le président Salva Kiir a menacé de mort les journalistes qui « travaillent contre leur pays » ; trois jours plus tard, le reporter Peter Moi était assassiné à Juba. Si deux soldats ont été condamnés à la prison à vie pour l’assassinat d’un journaliste en 2018, l'impunité prévaut dans la quasi totalité des cas. En août 2017, Christopher Allen, un reporter de guerre américano-britannique indépendant, a été tué par balles et qualifié de « rebelle blanc » par les autorités. Une grande opacité entoure les circonstances exactes de sa mort, et aucune enquête sérieuse n'a été menée. Les pressions exercées sur les médias locaux n'épargent pas les journalistes et médias étrangers. En 2019, deux journalistes travaillant respectivement pour AP et France 24 ont été expulsés. L'année précédente, la BBC et la radio de l’ONU avaient été suspendues. Les professionnels qui tentent de délivrer une information libre s’exposent à de terribles représailles : exécution, torture, détention arbitraire, harcèlement... Surveillance étroite et intimidations font également partie du système de prédation, et il n’est pas rare que les agents de la sécurité nationale interviennent directement dans les imprimeries pour censurer certains contenus. Plusieurs articles du journal Al-Mouqif ont ainsi été supprimés de ses pages en 2019, et les services de renseignement ont tenté d'imposer à un directeur de radio de faire valider les interviews du média avant leur diffusion. Face à la menace, certains préfèrent quitter le pays ou ferment tout simplement leur journal.

138
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

+1

139 en 2019

Score global

-1,16

45,65 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre