Salvador

Salvador

Violence structurelle et dérive autoritaire

Les médias font les frais de la violence généralisée et du narcotrafic qui sévissent au Salvador, l’un des pays les plus dangereux d'Amérique latine. Le cadre législatif salvadorien est très peu protecteur pour la presse, et les journalistes enquêtant sur la corruption ou les finances publiques sont victimes d’intimidations et de pressions de la part de fonctionnaires. Depuis son investiture en juin 2019, le président Nayib Bukele a multiplié les attaques et les menaces contre les journalistes critiques de son administration, bloqué nombre d’entre eux sur les réseaux sociaux, et tenté de créer l’image d’une presse ennemie du peuple - un jeu extrêmement dangereux.

82
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

-8

74 en 2020

Score global

+0,79

29,70 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre