Russie : RSF exhorte les plateformes internet à refuser la censure des médias

Après avoir bloqué le site d’OVD-Info, le régulateur russe des médias exige la suppression de ses comptes sur les réseaux sociaux. Reporters sans frontières (RSF) appelle Meta (Facebook et Instagram), Google (Youtube), Twitter et Telegram à ne pas se soumettre à ses exigences liberticides.

Читать на русском / Lire en russe

 

La guerre des autorités russes contre une information indépendante et fiable sur Internet s’intensifie. Sous prétexte de “promotion du terrorisme et de l’extrémisme”, le service fédéral de contrôle des communications, le Roskomnadzor, a bloqué le site d’OVD-Info le 25 décembre et exhorté les opérateurs de réseaux sociaux à supprimer ses comptes, ce qui revient à le faire disparaître. Ce média qui documente les détentions lors des rassemblements et les cas de pression politique est une source de référence pour de nombreuses publications et ONG en Russie et dans le monde, dont RSF.

 

“Après avoir éliminé presque toute la presse indépendante en ciblant les propriétaires de médias pour influer sur les lignes éditoriales, en censurant des articles ou en bloquant des sites à l’aide de méthodes judiciaires et extrajudiciaires, les autorités russes s’attaquent aux plateformes de réseaux sociaux, dénonce la responsable du bureau Europe de l'Est et Asie centrale de RSF, Jeanne Cavelier. La requête du Roskomnadzor, prédateur numérique de la liberté de la presse, est abusive. Elle est non seulement contraire à la Constitution russe et aux engagements internationaux de Moscou, mais elle prive également les citoyens russes d’une source d’information essentielle au débat public. RSF exhorte Meta (Facebook et Instagram), Twitter, Google (Youtube) et Telegram à résister, en refusant de supprimer les comptes de médias comme OVD-Info conformément aux principes qu’ils affichent. RSF a également saisi les rapporteurs spéciaux des Nations Unies, l’OSCE et le Conseil de l’Europe pour qu’ils agissent en faveur d’OVD-Info.”

 

La pression sur les plateformes s’accroît en Russie. À la veille du blocage d’OVD-Info, le Roskomnadzor a infligé des amendes inédites à Google et Facebook, proportionnelles à leurs chiffre d'affaires, pour avoir affiché des contenus interdits par le régulateur des médias, malgré des demandes répétées de suppression. Google doit payer 7,2 milliards de roubles (86,5 millions d’euros) et Facebook près de deux milliards de roubles (environ 24 millions d’euros). Des lois adoptées fin 2020 prévoient des sanctions pouvant s’élever jusqu’à 20% des ventes annuelles. Le moteur de recherche russe Yandex, lui, n'affiche plus les contenus d’OVD-info. RSF soutient la pétition du média demandant aux plateformes internationales de ne pas se transformer elles aussi en “outils de censure”, et signée par plus de 67 000 personnes (au 20 janvier 2022).

 

Ciblé par le ministère de la Justice, OVD-Info avait par ailleurs été ajouté, le 29 septembre, à la liste des “agents étrangers”. Ce statut infamant fondé sur une loi imprécise, qui s’accompagne de lourdes contraintes administratives et d’un risque de poursuites judiciaires, est particulièrement utilisé par le pouvoir depuis fin 2020 pour intimider les journalistes et semer la confusion. Ce sont des "violations" répétées à cette loi qui ont servi de prétexte à la dissolution, le 28 décembre, de l’ONG Memorial, un coup majeur porté à la défense des libertés en Russie, en particulier la liberté d’expression.

 

Ce contexte renforce encore l’importance du rôle des plateformes internationales pour la liberté de la presse en Russie, soulignée dans la nouvelle édition du rapport de RSF sur la censure sur Internet dans le pays. Selon une enquête de l’institut de sondage indépendant Levada en février 2021, les réseaux sociaux sont devenus la deuxième source d’informations politiques nationales et internationales pour la population, après la télévision. Le rapport décrit les mécanismes de restrictions de la liberté de la presse et d’expression dans le pays, en particulier la myriade de lois utilisées pour faire taire les voix critiques.

 

La Russie occupe le 150e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021.

Publié le 20.01.2022
Mise à jour le 21.01.2022