Quatre organisations, dont RSF, interpellent l’industriel Thalès sur son soutien indirect à la junte birmane

Reporters sans frontières (RSF), alliée à trois autres organisations - Info Birmanie (IB), Justice For Myanmar (JFM) et Sherpa - dénonce des cas d’exportations de technologies militaires effectuées par l’industriel français Thalès à un intermédiaire indien partenaire de la junte birmane, qui auraient été réalisées en violation des mesures restrictives imposées par l’UE après le coup d’État de février 2021 en Birmanie. Les ONG appellent Thalès à cesser ces exportations, et demandent aux autorités françaises de prendre les mesures nécessaires pour faire cesser ce partenariat et adopter une loi permettant de sanctionner la violation des embargos.

Une enquête de JFM publiée au printemps dernier a révélé que l’un des partenaires de longue date de Thalès, l’entreprise indienne Bharat Electronics Limited (BEL), s’avère être un fournisseur particulièrement proche de la junte birmane, qui lui exporte des technologies militaires. 

 

Sur la base de ces révélations, IB, RSF et Sherpa ont interpellé Thales dans un courrier daté du 26 novembre 2021. Les ONG ont appelé l’entreprise française à mettre un terme à tout transfert de ses technologies vers la junte en Birmanie, et plus généralement à cesser définitivement sa relation d’affaires avec BEL et avec tout autre partenaire du régime birman.

 

Les investigations de JFM font état des liens étroits de BEL avec la junte, et démontrent la fourniture de matériel à l’armée - ce que BEL confirme, du reste, dans son rapport annuel 2020-2021.

 

Selon les informations recueillies, BEL a procédé à au moins sept exportations de radars et d’équipements divers au profit de la junte birmane depuis le coup d'État du 1er février 2021 – et ce alors même que des sanctions internationales étaient prises à l’encontre de la Birmanie et que les États et les entreprises étaient appelés à prendre toute mesure nécessaire pour ne pas alimenter les atteintes aux droits humains de la junte. BEL aurait aussi exporté un système de contrôle d’armes à distance, en partie géré par des dirigeants de la coentreprise BTSL (créée entre BEL et Thales Systems Limited).


“Terrorisme”

 

Il ressort de ces informations une forte probabilité que la technologie partagée par Thalès à BEL, et réexportée par BEL dans ses équipements, soit donc directement transmise à la junte birmane, et potentiellement utilisée par elle pour perpétrer ses atrocités. Ces exportations pourraient, le cas échéant, constituer une violation flagrante des mesures restrictives européennes et des Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme de l’ONU.

 

Yadanar Maung, de JFM, rappelle à ce titre que “plus de 1290 personnes ont été tuées par la junte depuis sa tentative de coup d'État, dont des enfants. Frappes aériennes aveugles, destructions de villages, meurtres, viols : l'armée intensifie sa campagne de terreur. Voilà le contexte dans lequel le partenaire de Thalès, Bharat Electronics, continue de fournir des équipements à la junte. Thalès doit rompre ce partenariat pour mettre fin à tout soutien direct et indirect aux militaires, qui se comportent comme des terroristes.”


Pour la coordinatrice d’Info Birmanie, Sophie Brondel, “cette affaire confirme le besoin urgent d'un embargo mondial sur les armes en Birmanie, comme y appelaient en février 136 organisations à travers le monde, dont Justice for Myanmar et Info Birmanie.”

 

“Thalès doit mettre fin à ses relations d'affaires qui profitent à la junte birmane, déclare pour sa part le responsable juridique de Reporters sans frontières (RSF), Paul Coppin.  Le ‘business as usual’ n'est plus possible avec un pays comme la Birmanie, dont la junte au pouvoir réprime férocement les journalistes et anéantit la société civile.”

 

Laura Bourgeois, chargée de contentieux et de plaidoyer à Sherpa, estime de son côté que “les entreprises françaises qui fournissent directement ou indirectement des groupes armés et soutiennent ainsi leurs actions ne sont pas suffisamment inquiétées ni responsabilisées : les règles existantes pour les sanctionner sont des règles spéciales trop éparses et restreintes pour être dissuasives. Il est temps que le législateur français crée une infraction réprimant la violation dembargos en tant que telle.”

 

Les États membres de l’UE - donc l’État français - ont la responsabilité de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la portée et l’efficacité du droit communautaire, dont les mesures restrictives font partie, et de mettre en place au niveau national des sanctions qui soient effectives, proportionnées et dissuasives.

 

Les quatre ONG signataires se réservent le droit de donner des suites judiciaires à ces révélations, et de mobiliser la société civile et les autorités compétentes afin qu’elles utilisent au mieux les règles applicables à la violation de mesures restrictives européennes.

 

La Birmanie se situe actuellement à la 140e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021.

 

Contexte juridique

 

La décision du Conseil européen 2013/184/PESC renouvelée jusqu’au 30 avril 2022 par la décision (PESC) 2021/711 du Conseil du 29 avril 2021 interdit “la vente et la fourniture à la Birmanie, ainsi que le transfert et l'exportation à destination de ce pays, par les ressortissants des États membres ou depuis le territoire des États membres (…) des équipements susceptibles d'être utilisés à des fins de répression interne, qu'ils proviennent ou non de leur territoire”.

 

L’article 3.bis du règlement 401/2013 du Conseil concernant les mesures restrictives instituées en raison de la situation en Birmanie tel que modifié par le Règlement 2021/479 du Conseil du 22 mars 2021 interdit “de vendre, de fournir, de transférer ou d'exporter, directement ou indirectement, des biens et technologies à double usage énumérés à l'annexe I du règlement (CE) n°428/2009 du Conseil (…) à toute entité ou tout organisme en Birmanie ou aux fins d'une utilisation dans ce pays, si ces biens et technologies sont ou peuvent être destinés, entièrement ou en partie, à un usage militaire, à un utilisateur final militaire (…)” étant précisé que “lorsque l'utilisateur final est l'armée de Birmanie, tout bien et toute technologie à double usage qui lui sont fournis sont considérés comme ayant un usage militaire.”

 

Parmi les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme de l’ONU, l’article 13 prévoit que :

 

“La responsabilité de respecter les droits humains exige des entreprises :

a)         Quelles évitent davoir des incidences négatives sur les droits de lhomme ou dy contribuer par leurs propres activités, et quelles remédient à ces incidences lorsquelles se produisent;

b)         Quelles sefforcent de prévenir ou datténuer les incidences négatives sur les droits de lhomme qui sont directement liées à leurs activités, produits ou services par leurs relations commerciales, même si elles nont pas contribué à ces incidences »

 

La Cour de justice de la Communauté européenne a jugé en son temps, le 21 septembre 1989, qu’“il convient de relever que, lorsqu'une réglementation communautaire ne comporte aucune disposition spécifique prévoyant une sanction en cas de violation ou renvoie sur ce point aux dispositions législatives, réglementaires et administratives nationales, l'article 5 du traité impose aux États membres de prendre toutes mesures propres à garantir la portée et l'efficacité du droit communautaire” (aff. 68/88, Comm. c/ Grèce, §23).

 

Pour plus dinformations

 

Laura Bourgeois - Sherpa : [email protected] - +33 780 916 513

 

Sophie Brondel - Info Birmanie : [email protected]  - + 33 762 806 133

 

Paul Coppin - Reporters Sans Frontières : [email protected]

 

Yadanar Maung - Justice For Myanmar : [email protected]

Publié le
Mise à jour le 30.11.2021