Philippines : nouvelle plainte pour diffamation contre la lauréate du prix Nobel Maria Ressa

Alors que Maria Ressa vient d’embarquer dans un avion à destination d’Oslo, où elle doit recevoir le prix Nobel de la paix, elle est la cible d’une nouvelle plainte pour diffamation que vient de déposer un membre du gouvernement contre Rappler et six autres organes de presse. La Coalition #HoldTheLine (HTL) condamne fermement ce nouvel épisode de harcèlement judiciaire.

Les plaintes ont été déposées auprès du bureau du procureur de la ville de Taguig par le secrétaire philippin à l'énergie, Alfonso Cusi, un membre éminent du cabinet du président Duterte. Les plaintes qui visent Rappler mentionnent quatre de ses journalistes : la fondatrice et présidente Maria Ressa, la rédactrice en chef Glenda M. Gloria, le directeur de la rédaction Chay Hoflieña et la journaliste Aika Rey.


“Nous condamnons fermement ce dernier acte de guerre judiciaire menée contre Maria Ressa et Rappler. Il est clair que cette plainte est pilotée par les motivations politiques du gouvernement, et nous espérons que le procureur ne la transformera pas en un nouveau chef d’accusation de diffamation criminelle contre Maria Ressa et ses collègues", déclare le comité directeur de la coalition HTL.


Maria Ressa fait actuellement face à pas moins de sept actions en ustice intentées par l'État, y compris un appel interjeté contre sa condamnation en 2020 pour “cyber-diffamation criminelle”, qui pourrait lui valoir une peine de six ans de prison.


"Cette dernière attaque, menée par un membre haut placé du gouvernement philippin, met en lumière la nécessité de dépénaliser de toute urgence la diffamation aux Philippines, ajoute la coalition HTL. Elle est devenue un outil politique utilisé à des fins de harcèlement juridique des journalistes et des organes de presse par l'administration Duterte. Elle entrave la liberté d'expression, censure la presse indépendante et porte atteinte au droit du public à l'information. Elle est également en totale contradiction avec le droit international".


L'administration Duterte s'est fermement opposée à la demande de Maria Ressa de se rendre à Oslo pour assister en personne à la cérémonie de remise du prix Nobel de la paix, mais les tribunaux philippins ont rejeté les objections du gouvernement et la lauréate est, à l’heure où nous publions, en route pour la capitale norvégienne. 


Dans son annonce du prix, le comité Nobel a déclaré qu'il honorait Maria Ressa et Dmitry Muratov pour leurs efforts en faveur de la liberté de la presse.  


Les Philippines occupent le 138e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021.


--


Pour plus de détails, contacter les membres du comité directeur de #HTL : Julie Posetti ([email protected]), Gypsy Guillén Kaiser ([email protected]) et Rebecca Vincent ([email protected]).


Note : La Coalition #HTL comprend plus de 80 organisations à travers le monde. Cette déclaration est publiée par le comité directeur de #HoldTheLine, mais elle ne reflète pas nécessairement la position de tous les membres ou organisations de la coalition.

Publié le 07.12.2021
Mise à jour le 07.12.2021