Pérou

Pérou

Une législation peu propice

Au Pérou, les journalistes peuvent subir des représailles, parfois sévères, lorsqu’ils couvrent des conflits sociaux ou environnementaux, dénoncent des affaires de corruption ou révèlent les infiltrations du narcotrafic dans les rouages de certaines institutions étatiques. Les lois contre la diffamation représentent la principale menace contre la liberté de la presse ; elles sont à l’origine de très nombreuses intimidations et de condamnations de journalistes. Dans les régions rurales et difficiles d’accès, les journalistes qui dénoncent les trafics en tous genres (drogues, bois, etc.) et la corruption sont particulièrement vulnérables. Il existe par ailleurs un très fort niveau de concentration des revenus et de la propriété des médias, plus particulièrement dans la presse écrite et la presse en ligne. Le groupe El Comercio occupe sur ces secteurs une position archi-dominante et dispose d’un poids économique sans précédent dans l’industrie médiatique péruvienne.

90
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

-5

85 en 2019

Score global

+0,72

30,22 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre