Afrique
Nigeria
-
Classement 2022
129/180
Score : 46.79
Indicateur politique
127
45.15
Indicateur économique
120
36.39
Indicateur législatif
129
53.80
Indicateur social
84
69.83
Indicateur sécuritaire
154
28.75
Classement 2021
120/180
Score : 60.31
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Le Nigeria fait partie des pays les plus dangereux et les plus difficiles d'Afrique de l'Ouest pour les journalistes. Ces derniers y sont régulièrement surveillés, agressés, arbitrairement arrêtés, voire tués.

Paysage médiatique

Pays le plus peuplé du continent africain, le Nigeria dispose d’un paysage médiatique foisonnant. Si la presse écrite est en net recul ces dernières années, il existe encore une centaine de titres : The Punch, The Nation, Vanguard, Guardian, The Premium Times sont les plus connus. La majorité des 36 États dispose également d’un quotidien public directement contrôlé par les autorités locales. Il existe plusieurs centaines de radios et de chaînes de télévision. 

Contexte politique

L’ingérence des autorités dans le champ de l’information est importante. Elle peut passer par des pressions, voire de la répression contre les journalistes et médias critiques, mais aussi par la censure. En 2021, le site d’information Peoples Gazette a été bloqué après ses révélations sur les privilèges accordées au fils d’un membre de la présidence. Twitter a été suspendu pendant sept mois après que le réseau social a supprimé un tweet du président. Les médias avaient reçu pour ordre de supprimer leur compte dans un “geste patriotique”.

Cadre légal

La Constitution protège la liberté d’expression et d’opinion, mais il existe de très nombreuses lois dont les dispositions permettent d’entraver l’exercice du journalisme, comme celles sur la cybercriminalité, l'antiterrorisme, les secrets d’État ou encore le code pénal, qui continue à considérer la  diffamation comme un crime. Ces dernières années, plusieurs projets de loi très dangereux concernant la régulation des réseaux sociaux ont été proposés et ont provoqué des levées de boucliers. 

Contexte économique

Si les médias sont très nombreux, ils sont très peu à opérer dans de bonnes conditions. Les retards de salaires peuvent atteindre plusieurs mois, voire plusieurs années pour les journalistes, ce qui les rend vulnérables à la corruption et aux informations publiées en échange de rétributions. À l’instar des responsables politiques, les hommes d’affaires et les entreprises pourvoyeuses de revenus publicitaires peuvent avoir une influence sur le contenu éditorial. 

Contexte socioculturel

Il est très difficile d’aborder les sujets politiques liés au terrorisme, aux malversations financières des puissants et aux conflits entre communautés, comme en ont temoigné, en 2020, les menaces contre un journaliste d’investigation dont plusieurs sources sont mortes ou ont été tuées dans des conditions suspectes, après une enquête sur les massacres commis dans l’État du Kaduna.

Sécurité

En Afrique de l’Ouest, ces dernières années, la plupart des agressions violentes, des détentions arbitraires et des morts par arme à feu de journalistes ont eu lieu au Nigeria. Craignant pour leur vie, certains choisissent l’exil. Depuis 2019, quatre journalistes ont été tués et aucune enquête sérieuse n’a été menée pour identifier les auteurs de ces crimes. Les importantes manifestations qui ont secoué le pays en 2020 ont aussi été l’occasion d’un déchaînement de violence contre les médias, dont certains ont été incendiés.