Afrique
Kenya
-
Classement 2022
69/180
Score : 64.59
Indicateur politique
63
62.42
Indicateur économique
75
46.33
Indicateur législatif
62
72.28
Indicateur social
55
78.00
Indicateur sécuritaire
96
63.92
Classement 2021
102/180
Score : 66.35
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

La liberté de la presse au Kenya est garantie par la Constitution de 2010. Son respect reste toutefois fortement dépendant du contexte politique et économique. 

Paysage médiatique

Avec plus de 100 stations de radio et près de 50 chaînes de télévision, le secteur audiovisuel kényan est riche et pluraliste. L’entreprise Royal Media Services domine le marché avec 14 radios et trois chaînes de télévisions, Citizen TV étant la plus populaire. Le secteur de la presse est beaucoup moins développé, avec seulement deux quotidiens d’information généralistes qui contrôlent le marché. Le groupe de presse Nation Media Group domine le paysage journalistique au Kenya et en Afrique de l’Est. 

Contexte politique

Une grande partie des médias appartiennent à des responsables politiques ou à des proches du pouvoir. Les autorités peuvent influencer les nominations des responsables de médias et celles de l’organe de régulation des médias, une autorité présentée comme indépendante, qui dépend en réalité directement de l’État. Cette forte présence du pouvoir politique est génératrice d’autocensure.

Cadre légal

La liberté de la presse est consacrée par la Constitution, mais il existe de nombreuses dispositions remettant en cause ces principes fondamentaux parmi la vingtaine de textes et de lois régissant l’exercice du journalisme au Kenya. La loi sur la cybercriminalité adoptée en 2018 prévoit, par exemple, jusqu'à 10 ans de prison et 40 000 euros d’amende pour la diffusion de “fausses nouvelles” susceptibles d’inciter à la violence. L'accès aux informations publiques reste très difficile malgré la promulgation d’une loi sur le sujet. 

Contexte économique

Les journalistes kényans évoluent dans un contexte économique très difficile, qui s’est aggravé par la crise sanitaire. Cette dernière a entraîné la suppression d’au moins 300 postes de journalistes et le remplacement de l’information par de la musique sur de nombreux programmes radio, selon le syndicat des journalistes kenyans. Le processus d'attribution des aides publiques à la presse est opaque. 

Contexte socioculturel

L’appartenance ethnique, souvent associée au positionnement politique, pèse encore sur l’exercice du journalisme dans le pays. Elle peut être à l’origine de promotion ou de mise à l’écart dans certaines rédactions. Certains sujets relatifs à la sécurité nationale, au terrorisme, à la religion ou encore aux trafics de drogue, d'armes et d'êtres humains sont très sensibles, et les journalistes qui les ont abordés ont parfois dû demander une protection. 

Sécurité

Couvrir des évènements organisés par l’opposition ou dépeindre de manière négative le parti au pouvoir et ses dysfonctionnements peut coûter cher à des journalistes. Les campagnes électorales sont souvent l’occasion d’une forte recrudescence des exactions. Les journalistes sont alors régulièrement victimes d’agressions physiques, tant par les forces de sécurité que par la population, mais aussi de campagnes d’intimidation, de menaces publiques de la part d'hommes politiques et de confiscation de matériel par la police. Les enquêtes sur les exactions commises contre les journalistes aboutissent rarement à des condamnations.