Afrique
Comores
-
Classement 2022
83/180
Score : 60.16
Indicateur politique
88
56.36
Indicateur économique
57
50.26
Indicateur législatif
112
59.98
Indicateur social
66
75.63
Indicateur sécuritaire
109
58.56
Classement 2021
84/180
Score : 69.35
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

Dans l’Union des Comores, l'intimidation et les arrestations de journalistes sont encore monnaie courante. Les périodes électorales sont particulièrement propices aux exactions visant les professionnels de l’information.

Paysage médiatique

Le quotidien privé La Gazette des Comores et le journal d’État Al Watwan sont très populaires dans l’archipel. L’information a toutefois tendance à se déplacer sur le web, notamment sur les réseaux sociaux propices à une plus grande liberté de ton - une pratique qui peut conduire à la publication de contenus peu conformes à l'éthique journalistique. Considérée comme très proche du pouvoir, l’ORTC (Office de Radio et Télé des Comores), la seule chaîne publique, gratuite et nationale, dispose d’une large audience.   

Contexte politique

Habitués à contrôler les médias d’État, les gouvernements successifs ne se sont jamais résolus à la liberté de ton des médias privés : censure, arrestations de journalistes et bloggeurs sont courantes. Lors de sa prise de fonction, en 2021, le ministre des Finances avait menacé d’avoir recours à des “hommes de main” pour “mettre en pièces” les journalistes qui le critiqueraient. Quelques mois plus tôt, le coordinateur de la communication présidentielle, un ancien journaliste très réputé, reconnaissait l’existence d’une “culture politique qu’il faudra radicalement changer”.

Cadre légal

Alors que la liberté de la presse est garantie par la Constitution de 2001, révisée en 2018, l’autocensure reste répandue chez les journalistes comoriens, en raison de lourdes peines punissant la diffamation. Un nouveau code de l’information a été adopté en 2021 et une commission d’éthique journalistique a vu le jour. Malgré ces dispositions, les journalistes sont régulièrement convoqués  pour révéler leurs sources lors de gardes à vue.

Contexte économique

Les médias peinent à être rentables, ce qui fragilise leur indépendance. Les subventions d’État vont en priorité aux médias publics et proches du régime, alors que les médias privés ont bien souvent du mal à rémunérer leurs journalistes, ce qui contribue à alimenter l’information partisane et rémunératrice comme le publireportage.

Contexte socioculturel

L’influence d’un certain conservatisme religieux, notamment sur les sujets ayant trait au sexe et à la prostitution, tend à reculer, et ces thèmes sont de plus en plus évoqués dans la presse, avec le soutien de l’opinion publique. 

Sécurité

Intimidations, agressions, arrestations, menaces, censure... Les tensions politiques qui ont marqué le référendum constitutionnel de 2018 et la réélection du président Azali Assoumani en 2019 se sont accompagnées d'une recrudescence importante et inhabituelle des atteintes à la liberté de la presse. Face à la multiplication des arrestations de journalistes et de bloggeurs ces dernières années, le Syndicat national des journalistes aux Comores a dénoncé la systématisation de “la nuit à la brigade”.