Afrique
Côte d'Ivoire
-
Classement 2022
37/180
Score : 74.46
Indicateur politique
31
74.89
Indicateur économique
39
58.45
Indicateur législatif
50
75.94
Indicateur social
41
81.43
Indicateur sécuritaire
41
81.60
Classement 2021
66/180
Score : 71.13
N/A
Ces indicateurs ne sont pas disponibles avant 2022 en raison d'un changement méthodologique.

La Côte d’Ivoire dispose d’un paysage médiatique parmi les plus politisés et polarisés d’Afrique de l’Ouest. Certains journalistes n'échappent pas aux attaques et agressions. 

Paysage médiatique

Avec au moins 190 stations autorisées à émettre, la radio est le média préféré des Ivoiriens. La centaine de journaux et de sites d’information existants est, dans l’ensemble, marquée par une très forte empreinte politique dans la ligne éditoriale, qui se distingue par la couleur des titres dans les kiosques : "verte" pour les médias proches du pouvoir et "bleu" pour ceux proches de l’opposition. Ces derniers sont en déclin ces dernières années, même si la parution des journaux Le Temps et La Voie originale reste assez régulière. Dans un paysage médiatique aussi polarisé, le journalisme d’investigation est peu répandu comparé au "journalisme d’opinion”. En 2019, l’arrivée des premières chaînes privées a mis fin à plus de 50 ans de monopole de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI). Le pays compte désormais trois chaînes de télévision privées, toutes détenues par des proches du pouvoir.

Contexte politique

La liberté de la presse est encore étroitement liée au contexte politique. L’influence de certains partis et responsables politiques dans les médias est très grande. La RTI reste un média d’État au service de l’image du gouvernement et du président de la République. 

Cadre légal

La loi ne contient aucune disposition privative de liberté en cas de délit de presse. Elle maintient toutefois le délit d’offense au président de la République. La liberté d’expression est garantie dans la Constitution et la loi sur la presse de 2017 protège les sources d’information. La presse papier et numérique est régulée par l’Autorité nationale de la presse (ANP), et les radios et télévisions par la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA). 

Contexte économique

Les ventes de journaux sont en baisse et les effectifs des rédactions se réduisent. Certains titres nationaux qui tiraient à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires il y a 20 ans en vendent rarement plus de 2 000 par jour aujourd’hui. En 2021, l’hebdomadaire d’investigation L'Eléphant déchaîné a annoncé l’arrêt de sa version papier pour devenir un journal en ligne. Le principal modèle économique des chaînes de télévision privées reste le marché de la publicité, estimé, en 2021, entre 15 et 18 millions d’euros, ce qui est largement insuffisant selon les principaux acteurs. 

Contexte socioculturel

Pour des raisons culturelles, les médias ivoiriens ne traitent pas assez ouvertement des questions d’orientation sexuelle. 

Sécurité

L’année 2021 a marqué une amélioration majeure pour les journalistes, avec aucune condamnation prononcée par les tribunaux. Toutefois, ils font face à des problèmes de sécurité dans l’exercice de leur fonction : entre mai et juillet 2021, au moins cinq journalistes ont été violentés par des inconnus, des militants de partis politiques ou les forces de l’ordre. Les journalistes d’investigation sont également visés par des tentatives de corruption, des intimidations et même des attaques contre le siège de leur rédaction.