Pays-Bas

Pays-Bas

Une liberté de la presse effective mais menacée

Les Pays-Bas et la liberté de la presse font traditionnellement bon ménage. Le gouvernement soutient cette liberté, et les journalistes néerlandais bénéficient d’un cadre légal très protecteur, notamment en matière de secret des sources. Néanmoins, selon le rapport “Een dreigend klimaat” (Un climat menaçant), publié en 2017 par la Fédération des journalistes néerlandaise (NVJ), à laquelle la profession adhère largement, la moitié des professionnels de l'information auraient fait l’objet de pressions juridiques, de menaces physiques ou auraient été visés par des campagnes de dénigrement sur les réseaux sociaux.
Le pays n’échappe pas à la détérioration du climat politique et social qui prévaut en Europe. A gauche comme à droite, des partis populistes s’imposent dans le débat politique et menacent la liberté de la presse. Ils remettent en question la légitimité des médias traditionnels, réclament la démission de certains journalistes ou limitent l’accès de tel ou tel reporter à leurs meetings. Alors que le débat public est polarisé autour de thèmes comme l’immigration ou “l’identité nationale”, les journalistes qui couvrent ces thématiques sont régulièrement confrontés au cyberharcèlement. A l’heure de la toute-puissance des plateformes en ligne, les journalistes sont plus exposés que jamais et subissent de violentes attaques en ligne et des menaces de mort. Les femmes journalistes et les reporters issus de minorités ou de communautés confessionnelles sont devenues la cible privilégiée des attaques haineuses. Ces dernières années, plusieurs individus ont été arrêtés et déclarés coupables de cyberharcèlement. Un nouveau règlement a été mis en place en 2018 pour enrayer ce phénomène : chaque plainte adressée à la police par un journaliste fait l’objet d’une enquête approfondie. Le crime organisé représente aussi une menace préoccupante. En 2018, deux journalistes spécialistes des organisations criminelles ont bénéficié d’une protection policière à plein temps. L’été dernier, le siège d’un journal d’Amsterdam a été victime d’une attaque à la voiture bélier quelques jours à peine après que des tirs de grenades anti-char ont été tirés contre les locaux de deux magazines qui enquêtaient sur le grand banditisme. Malgré ces évolutions récentes inquiétantes, le paysage médiatique néerlandais, conforté par le soutien de la société civile, reste sûr et indépendant, et à l’abri de toute pression gouvernementale ou autre ingérence.



4
au Classement mondial de la liberté de la presse 2019

Classement

-1

3 en 2018

Score global

-1,38

10,01 en 2018

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre