Pakistan

Pakistan

Menace provenant des extrémistes religieux et du renseignement

La presse pakistanaise, considérée comme l’une des plus libres d’Asie, est la cible privilégiée des groupes extrémistes, des organisations islamistes et des redoutés services de renseignement pakistanais, tous répertoriés comme prédateurs de la presse par Reporters sans frontières. En guerre les uns contre les autres, ces groupes sont toujours prompts à dénoncer les « sacrilèges » commis par la presse. Les officiels du gouvernement, les partis politiques et leurs militants ne sont pas en reste, intimidant, harcelant, voire agressant, les journalistes qu'ils jugent insuffisamment complaisants avec leurs idées. Même si leur nombre baisse depuis quatre ans, plusieurs attaques mortelles de journalistes sont enregistrées chaque année dans le pays. Conséquence naturelle de cette situation, l’autocensure gagne du terrain dans les rédactions. En 2016, l'adoption de la loi sur la prévention des crimes électroniques (The Prevention of Electronic Crimes Act, Peca), punissant d'emprisonnement la critique des militaires, du système judiciaire et de l'islam, a provoqué une levée de boucliers dans les médias.

139
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017

Classement

+8

147 en 2016

Score global

-4,97

48,52 en 2016

  • 0
    journalistes tués en 2017
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2017
  • 1
    collaborateurs tués en 2017
Voir le baromètre