Kosovo

Kosovo

Une instabilité approfondie par la crise sanitaire

Les médias kosovars - comme tous les autres domaines du pays - se divisent selon des critères ethniques. L’accès à l’information est souvent limité à un groupe ethnique ou politique, les sujets ne concernant que leur propre nationalité et n’étant traités que du point de vue de celle-ci. Début 2021, des équipes de journalistes serbes provenant de la Serbie ont été interdites d'entrée sur le territoire au motif qu’elles n’avaient pas prévenu les autorités kosovares. Les journalistes et médias kosovars font face à de nombreuses menaces : attaques physiques et verbales, cyberattaques, autocensure et manque de transparence quant à la propriétés des organes de presse. Les médias, fragiles financièrement, sont sous l’influence des politiques. La pandémie a déstabilisé financièrement les médias, beaucoup d’entre eux ayant arrêté d'éditer la version papier de leur journal. Le couvre-feu, conséquence de la pandémie, a servi de prétexte à la police pour interpeller arbitrairement la rédactrice-en-chef du site KoSSev, Tatjana Lazarević. Par ailleurs, le sort d’un grand nombre de journalistes reste aujourd’hui inconnu, y compris ceux qui ont été enlevés ou qui ont disparu durant le conflit de 1999.

78
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

-8

70 en 2020

Score global

+0,99

29,33 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre