Islande

Islande

Un système de moins en moins viable

Malgré l’ambition affichée de devenir l’eldorado du journalisme d’investigation et des médias en ligne avec l’adoption en 2010 de la loi Initiative islandaise pour la modernisation des médias (Immi), le climat pour les journalistes en Islande se détériore depuis plusieurs années du fait d’un durcissement des relations entre le monde politique et les médias. La crise économique de 2008 a fortement impacté le secteur des médias, précarisant la profession et fragilisant les rédactions face aux pressions des lobbies, mais ravivant la confiance de la population envers les médias et leur rôle de piliers de la démocratie. Suite à la crise, le rachat de deux importants quotidiens nationaux par de grandes entreprises de pêche ou industriels pose un problème de conflits d’intérêts. Fin 2019 a éclaté le scandale des « Fishrot Files », des sources WikiLeaks reprises par des médias d’investigation révélant des affaires de corruption et d’évasion fiscale en Namibie par la plus grande entreprise de pêche islandaise. En 2020, cette dernière a démarré une campagne médiatique visant à discréditer les journalistes ayant enquêté sur l’affaire.
La législation islandaise protège les journalistes et la liberté d’expression, mais le manque de financement des médias reste le principal obstacle. Une nouvelle loi sur le financement des médias est en cours de discussion.

16
au Classement mondial de la liberté de la presse 2021

Classement

-1

15 en 2020

Score global

+0,25

15,12 en 2020

  • 0
    journalistes tués en 2021
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2021
  • 0
    collaborateurs tués en 2021
Voir le baromètre