Indonésie

Indonésie

La liberté de la presse, un enjeu déterminant pour le second mandat du président Jokowi

Alors que durant son premier mandat, le président Joko Widodo, dit “Jokowi”, élu en 2014 sur un programme réformateur, n'a pas tenu ses promesses de campagne en terme de liberté de la presse, sa réélection en mai 2019 a été marquée par des émeutes post-électorales durant lesquelles plusieurs journalistes ont été visés. Surtout, ses discours bienveillants envers une presse libre sont contredits par les drastiques restrictions d’accès aux deux provinces de Papouasie occidentale, où l'insécurité pour les journalistes locaux ne cesse de s'aggraver. Journalistes étrangers et fixeurs locaux courent toujours le risque d'être arrêtés et poursuivis : c’est vrai pour ceux qui tentent de documenter les exactions commises par les forces militaires indonésiennes, mais cela l’est autant pour les reporters qui se contentent de couvrir les questions humanitaires. Les autorités n’hésitent pas non plus à couper purement et simplement l’accès à internet durant les périodes de tension, comme ce fut le cas en août 2019. Ainsi que le déplore régulièrement l'Alliance des journalistes indépendants, les militaires intimident également les professionnels des médias, allant même jusqu’à les agresser quand ces derniers deviennent des témoins gênants de leurs abus. Les groupes religieux radicaux portent aussi atteinte au droit d'informer des journalistes. Menacés par la loi punissant le blasphème et la loi “Informasi dan Transaksi Elektronik” sur l’information en ligne, nombre de journalistes se disent contraints à l'autocensure.

119
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

+5

124 en 2019

Score global

+0,05

36,77 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre