Huang Qi, l'animateur du site Tianwang, condamné à trois ans de prison

Reporters sans frontières déplore la condamnation à trois ans de prison du dissident Huang Qi. "Il est encore temps pour les autorités judiciaires de prendre en appel une décision juste. Nous renouvelons notre demande aux juges de faire preuve d'humanité tant l'état de santé de ce militant opiniâtre est précaire", a déclaré l'organisation. L'audience précédant le verdict a duré moins de quinze minutes. Dès que la sentence est tombée, Zeng Li, l'épouse de Huang Qi et sa mère, seules personnes autorisées à assister à l'audience, ont aussitôt contesté la décision. Rapidement emmené par la police, Huang Qi a pu crier juste avant d'être poussé hors du tribunal qu'il voulait faire appel. Il a, par la suite, été escorté dans un fourgon de police, et n'a pas été autorisé à voir sa famille. Par ailleurs, Zeng Li s'est vu refuser l'attestation de verdict du tribunal, au motif que c'est à Huang Qi lui-même d'effectuer l'appel. Selon la loi chinoise, son avocat devrait recevoir l'attestation de verdict dans les cinq jours et Huang Qi disposerait de dix jours pour faire appel de sa condamnation. ------------------ 20 novembre 2009 Lundi 23 novembre 2009, un tribunal de Chengdu (Sichuan, Sud-Oesut) doit rendre son verdict à l'encontre du célèbre militant des droits de l'homme Huang Qi. "Nous appelons les juges à faire preuve d'humanité en libérant un homme gravement malade, qui a déjà passé plus de six ans et demi de sa vie en prison. Nous espérons également que le tribunal prendra en compte le fait que ce militant courageux n'a fait que diffuser une information sur la situation des victimes du tremblement de terre du Sichuan ce qui ne peut constituer un délit. Si Huang Qi écopait d'une lourde peine de prison, nous craignons qu'une nouvelle détention ne lui soit fatale", a estimé Reporters sans frontières. L'avocat de Huang Qi, Mo Shaoping, a confirmé que le tribunal du district de Wuhou à Chengdu devait rendre son verdict suite à un procès à huis clos tenu depuis le 5 août pour "détention illégale de secrets d'Etat". Les autorités reprochent notamment à Huang Qi d'avoir donné des interviews à des médias basés à l'étranger sur le sort des victimes du séisme. Détenu depuis juin 2008 dans des conditions difficiles, alors même qu'il souffre de maux de tête très graves, Huang Qi a créé le site et le réseau de défense des droits de l'homme Tianwang. Plus d'informations sur Huang Qi : http://www.rsf.org/spip.php?page=article&id_article=28483 http://www.rsf.org/spip.php?page=article&id_article=27463
Publié le
Mise à jour le 20.01.2016