Ghana

Ghana

Pluralisme médiatique mais un certain manque d’indépendance

VOIR LE #MomProject SUR L'INDÉPENDANCE DES MÉDIAS AU GHANA

La République du Ghana a connu des élections générales en décembre 2016 qui se sont déroulées sans incident majeur ou violation de la liberté des journalistes. Dans ce pays réputé pour être l’un des plus démocratiques d’Afrique, le pluralisme des médias et leur indépendance sont garantis par le chapitre 12 de la Constitution ghanéenne de 1992. Néanmoins seul un nombre très réduit de médias permet aux Ghanéens de s’informer. Un tiers des médias ghanéens sont soit détenus par l’Etat, soit par des actionnaires liés au pouvoir. Ce manque de transparence qui caractérise l’industrie des médias ajouté à un système de régulation relativement déficient tendent à restreindre la liberté de l’information. L’information en ligne s’est largement développée, essentiellement grâce à un usage répandu de la téléphonie mobile. Des articles du code pénal qui punissent la publication de « fausses nouvelles » sont parfois détournés de leur objectif initial et utilisés contre les journalistes. Les arrestations et les détentions de journalistes demeurent toutefois exceptionnelles.

23
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

+3

26 en 2017

Score global

+0,46

17,95 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre