Cuba

Cuba

Le calvaire de la presse non officielle

Autoproclamée République socialiste à parti unique, Cuba reste année après année le pire pays d’Amérique latine en matière de liberté de la presse. Le décès de Fidel Castro en 2016 n’a pas changé la donne : le régime castriste, au pouvoir depuis 1959, maintient un monopole quasi-total de l’information et ne tolère aucune voix indépendante. Arrestations et détentions abusives, menaces, campagnes de dénigrement, confiscation de matériel et fermeture de sites web sont les formes les plus courantes d’un harcèlement permanent, renforcé par un arsenal de lois restrictives. Les quelques blogueurs et journalistes indépendants cubains, lorsqu’ils ne sont pas contraints à l’exil pour poursuivre leur travail ou préserver leur intégrité physique, doivent composer avec un accès à Internet très limité sur l’île.

173
au Classement mondial de la liberté de la presse 2017

Classement

-2

171 en 2016

Score global

+1,52

70,23 en 2016

  • 0
    journalistes tués en 2017
  • 0
    net-citoyens tués en 2017
  • 0
    collaborateurs tués en 2017
Voir le baromètre