Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire

Une nouvelle loi sur la presse insuffisante

En Côte d’Ivoire, si les violences liées à la crise électorale de 2011 appartiennent au passé, les médias demeurent un domaine particulièrement surveillé par le pouvoir. En décembre 2017, l'Assemblée nationale de Côte d’Ivoire a adopté une nouvelle loi sur la presse qui précise qu’aucun motif n’est recevable pour la détention de journalistes. Un progrès qui doit mettre fin à la détention provisoire de journalistes, pratique régulière dans le pays malgré la dépénalisation de la plupart des délits de presse depuis 2004. En 2017, huit journalistes en ont été victimes. D’autres dispositions de la nouvelle loi sont plus liberticides comme le délit d’offense au chef de l’État ou la possibilité de poursuivre des journalistes pour diffamation pour des faits, même vérifiés, s'ils concernent la vie privée de la personne. La libéralisation promise du secteur de l’audiovisuel se fait toujours attendre.

82
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

-1

81 en 2017

Score global

+0,34

30,42 en 2017

Contacts

  • 0
    journalistes tués en 2019
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2019
  • 0
    collaborateurs tués en 2019
Voir le baromètre