Chili

Chili

Un pluralisme limité, des journalistes encore vulnérables

Malgré une relative stabilité démocratique, le Chili reste en proie à des problèmes de corruption et souffre encore des relents de la dictature militaire. Dans un contexte de forte concentration de la presse, le pluralisme fait défaut et les médias communautaires ne parviennent pas à assurer la pérennité de leurs activités, limitant gravement le débat démocratique dans le pays. En dépit d’avancées notables en matière d’accès à l’information et de l’usage d’internet, le secret des sources est régulièrement mis à mal, et certains thèmes restent difficiles à aborder, comme par exemple les revendications des communautés Mapuches, en conflit avec l’État chilien depuis près de 200 ans, ou encore la corruption de la classe politique. Les reporters qui couvrent les manifestations sont fréquemment pris à parti et manquent de protection. Lors du dernier trimestre de l’année 2019, les violentes manifestations déclenchées par l’augmentation du prix du métro à Santiago ont provoqué de très nombreuses agressions et attaques ciblées contre les journalistes et les médias à travers tout le pays.

51
au Classement mondial de la liberté de la presse 2020

Classement

-5

46 en 2019

Score global

+1,66

25,65 en 2019

  • 0
    journalistes tués en 2020
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2020
  • 0
    collaborateurs tués en 2020
Voir le baromètre