Botswana

Botswana

Mainmise de l’État sur les médias

Au Botswana, le gouvernement garde la mainmise sur l’essentiel des médias – presse, radio, télévision – qui appartiennent à l’État. Les journaux privés sont rares et dépendent des recettes publicitaires que l’État choisit ou non de leur fournir. Les médias et journalistes qui osent critiquer ou enquêter sur des affaires de corruption impliquant le chef de l’Etat sont sévèrement réprimés. Un arsenal de lois restreint sérieusement le travail des journalistes : le Media Practitioners Act de 2008 censé réguler les médias est accusé par la profession, de limiter la liberté de l’information. Lors de la journée internationale pour la liberté de la presse, le Syndicat national des méias avait déjà appelé à agir pour mettre un terme aux arrestations de journalistes et aux nombreux procès en diffamation, mais les poursuites continuent.

48
au Classement mondial de la liberté de la presse 2018

Classement

0

48 en 2017

Score global

+0,36

24,93 en 2017

  • 0
    journalistes tués en 2018
  • 0
    journalistes citoyens tués en 2018
  • 0
    collaborateurs tués en 2018
Voir le baromètre